Troufions de Thierry Demaizière et Alban Teurlai

Le 31 mars 2012 par Cédric Le Men dans Documentaire

Notes

Réalisation
90%


Scénario
90%


Casting
90%


Photo
90%


Son
80%


Musique
80%


Interêt
95%


Total Score
88%

88/ 100

Genre: ,
 
 
Réalisation: ,
 
Avec: , , , ,
 
 
Scénario: ,
 
Photographie:
 
Musique: ,
 
Pays:
 
Chaîne/Network:
 
Dates de diffusion: 27 mars 2012
 
Durée des épisodes: 52 minutes
 
Crédit photographique: Falabracks | France Télévisions I ©D.R.
 

Les Plus:

Une réalisation sans faille, une qualité d'image particulièrement belle.
 

Les Moins:

Rien à redire.
par Cédric Le Men
La critique

Moment noir de l’Histoire de France s’il en est, le conflit algérien reste méconnu, car finalement peu abordé par les ouvrages scolaires et l’enseignement en général, et pour cause. Résultat du mouvement de décolonisation qui affecta les empires occidentaux après la Seconde Guerre mondiale, les « événements d’Algérie » opposent, à partir de 1954, d’un côté les forces métropolitaines et locales — parmi lesquelles les tristement célèbres harkis qui participèrent au conflit dès 1957 — et, de l’autre, différents groupes et mouvements de libération algériens, notamment et principalement le FLN (Front de Libération Nationale). Ce conflit, réputé sanglant et barbare, prit fin avec les accords d’Évian, signés entre la France et l’Algérie, le 18 mars 1962.

Face à ce relatif absentéisme scolaire et pour forcer un devoir de mémoire que la France semble avoir le plus grand mal à assumer, Thierry Demaizière et Alban Teurlai mettent donc un point d’honneur à fournir un regard nouveau sur le conflit, en interrogeant cinq hommes, tous jeunes appelés ayant participé aux « événements » à différents moments de leur déroulement. Sans langue de bois et pour la première fois depuis leur retour d’Algérie, ils vont parler de ce qu’ils ont vécu pendant les quinze à trente mois de service militaire qui les ont contraints à vivre un affrontement qui aura mis trente-sept années supplémentaires à être reconnu et qualifié légalement de « guerre », après l’adoption par le Parlement de la loi du 18 octobre 1999.

Organisé en sept chapitres aux intitulés simples mais redoutablement précis — Silence, Arrivée, Choc, Engrenage, Torture, Viol, Épilogue —, les réalisateurs abordent sans tabou les différents aspect d’un conflit particulièrement cruel. On écoute alors, médusé, des septuagénaires expliquer sans détour mais avec une lucidité extrême, ce qu’ils ont vécu, entre tristesse et horreur. Leurs propos, empreints d’une sagesse absolue, résonnent alors tels de puissants témoignages et provoquent la remise en question de soi, le questionnement : qu’aurions-nous fait à leur place ? Simples soldats appelés, ils ont pourtant pris en pleine face ce que signifiait cette « pacification ». Et si un seul d’entre eux est revenu mutilé, la jambe coupée par une rafale de mitrailleuse, tous portent les stigmates de ce qu’ils ont fait, de ce qu’ils « auraient du » faire.

D’étonnante et presque révoltante manière, seul un des cinq participants affiche un semblant de calme et parvient à relativiser la portée de ses actes. On lui parle de torture, il invoque des « interrogatoires musclés ». Un comportement et une parole qui, si elles ressemblent à s’y méprendre à du déni, interloquent d’autant plus qu’elles sont proférées par le seul a avoir été vilainement blessé. Mais derrière les mots, on devine malgré tout le poids des années passées à se convaincre soi-même que l’on n’y était pour rien, qu’on n’a fait que son devoir, qu’on a obéi aux ordres… Comment le blâmer ? Comment lui reprocher d’avoir cherché, toutes ces années durant, à conserver un équilibre mental, surtout quand le physique fait défaut ?

Magnifiquement réalisé, Troufions surprend par la beauté de ses plans. La mise en scène, très serrée, va à la rencontre de ces cinq vieillards qui, sans pudeur, parlent enfin d’eux. Les plans larges sont rares, les deux réalisateurs vont eux aussi au combat : il s’agit de capter le regard, de saisir les inflexions de voix, les regards qui fuient, la honte, la culpabilité, le remord d’hommes qui n’étaient pourtant là que contre leur gré, qui ne faisaient qu’obéir à des ordres qui les dépassaient. Des images en apparence paisibles qui s’opposent à la violence des images d’archives proposées en contrepoint : executions, coups, tortures… qui, pour le coup, sont davantage en adéquation avec les propos rapportés.

Produit par Falabracks avec le soutien de l’Acsé et diffusé sur France 2 dans le cadre de la série de documentaires Infrarouge, Troufions est absolument sublime. Que ce soit pour la beauté des images tournées, la rudesse des images d’archives ou pour le seul témoignage d’une période de l’Histoire que la France aimerait tant oublier — et faire oublier — Troufions mérite d’être vu, doit être vu. À ce titre, ceux qui le souhaitent pourront consulter le site de France Télévisions en cliquant sur ce lien. Notons aussi qu’une rediffusion est prévu ce dimanche à 3h50 sur France 2 et que le documentaire reste disponible en replay sur toutes les plateformes proposant un service de télévision à la demande pendant encore quelques jours. À vos enregistreurs !


A propos de l'auteur

Cédric Le Men
avatar

Issu d’une famille de musiciens, Cédric fonde en 1995 le groupe Zahori, avec lequel il se produit pendant près de 10 ans, avant de se spécialiser dans la réalisation cinématographique à l’ESRA. Il y réalise les courts-métrages "Kaeron" et "Lacrimosa", dont il compose aussi en partie les musiques originales. Plus récemment, Cédric réalise le court métrage "Dieu reconnaîtra les Siens".

2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     
    Dextarian

    Et 50 ans après la fin, on ne peut pas dire que le sujet ai bien été relayé… tout est peut-être encore trop profondément ancré…


  2. avatar
     
    Haroun

    le film (et cet article) ne sont pas inintéressants !

    Ceci dit, il me semble qu’il y a un ou deux autres films qui illustrent (peut être) mieux la guerre d’Algérie en termes d’enjeux et de vécu personnel ??! (me rappelle pas des titres par contre :/ )



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • AltJ
  • Pour que Pendant les Travaux le cinéma reste ouvert reste à l'antenne
  • Sin City 2 photo film la suite sur CDDJ Couverture
  • 2657694088_small_1
  • THE WHO 03
  • REDSKYUNE
  • mesures
  • copyright Ayers Rock Boat Lyon /DR
  • REDSKY2
  • robert-pattinson-in-the-rover