Haven, l’intégrale de la saison 2

Le 12 avril 2012 par Cédric Le Men dans Drame

Notes

Réalisation
65%


Scénario
0%


Casting
75%


Image
70%


Musique
65%


Technique
80%


Suppléments
80%


Interêt
0%


Total Score
54%

54/ 100

Genre: , ,
 
Création: ,
 
Réalisation: , , , , , , , , ,
 
Avec: , , , , , , , , , ,
 
 
Scénario: , , , , , , ,
 
Photographie:
 
Musique: , ,
 
Pays: ,
 
Editeur: ,
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
Support:
 
Durée: 13 épisodes de 42 minutes
 
Format: Zone 2 | 16/9 compatible 4/3 |
 
Langues: Anglais Dolby Digital 5.1 | Français et allemand 2.0 |
 
Sous-titres: Français, Allemand, Anglais sourds et malentendants
 
Bonus: Épisode de Noël « Douce Nuit » | 6 reportages making-of | 9 commentaires audio avec l'équipe | Interview avec Adam « Edge » Copeland | L'Équipe au Comic-Con de New York |
 
Date de diffusion: Du 15 juillet au 6 décembre 2011 (États-Unis) | Du 29 novembre 2011 au 3 janvier 2012 sur SyFy Universal (France) |
 
Crédit photographique: Entertainment One / Aventi
 

Les Plus:

On retrouve avec plaisir l'équipe d'acteurs et l'ambiance de la série !
 

Les Moins:

Un gros coup de mou une fois les trois premiers épisodes passés et jusqu'aux deux ou trois derniers épisodes...
par Cédric Le Men
La critique

Rares sont les œuvres de Stephen King n’ayant pas été portées à l’écran — petit ou grand —, voire même vers d’autres mediums, avec des résultats des plus variables. Des téléfilms Ça et Le Fléau, en passant par les comic books La Tour Sombre dont on connait maintenant la possibilité d’une adaptation au cinéma et à la TV, l’adaptation cinéma de Shinning reprise ensuite à la télévision, mais aussi Running Man, Misery, La Ligne verte ou Les Évadés, tout y passe ou presque. D’autant que, pour la plupart, ce ne sont pas des manchots qui s’y attèlent : Stanley Kubrick, Brian DePalma, Frank Darabont, David Cronenberg, John Carpenter, Rob Reiner ou Bryan Singer font partie des réalisateurs qui se sont essayés un jour ou l’autre à adapter le King avec plus ou moins de succès. C’est donc peu étonnant d’apprendre que Haven, série fantastique se déroulant dans le Maine, région de naissance et de cœur de l’écrivain, est elle aussi adaptée d’un de ses romans, The Colorado Kid.

On retrouve donc Audrey, toujours aux prises avec les forces — les fameux « troubles » — qui sévissent dans la jolie bourgade de Haven et qui l’ont manifestement attirée jusqu’ici, à la base. Elle fait équipe avec Nathan Wuornos et Duke Crocker, l’un chef de la police et l’autre brigand à la petite semaine afin d’aider les troublés. La saison 2 reprend à ce titre exactement là où la première saison nous a laissé, alors qu’Audrey est confrontée à un « double », une autre personne prétendant s’appeler Audrey Parker, être agent du F.B.I. envoyé à Haven pour enquêter sur les étranges phénomènes qui y règnent. Il est donc question pour les deux Audrey de savoir de quoi il retourne, puisqu’elles se rendent vite compte qu’elles partagent les mêmes souvenirs, les mêmes goûts…

Diffusée par la chaîne SyFy, la première saison avait su capter son public en se démarquant singulièrement d’autres séries actuelles du même type — Fringe, Supernatural… — par une ambiance et une mythologie résolument nouvelles. L’action prend cette fois-ci place dans un lieu unique, la ville de Haven elle-même, et l’ensemble des phénomènes ne survient que dans le cadre d’une malédiction dont tous ses membres ou presque semblent affligés. Il n’est donc pas question pour Audrey et ses acolytes d’aller chercher des réponses ailleurs que dans Haven, voire même en eux même, puisque tout semble indiquer que leur présence n’est pas non plus complètement due au hasard — une photo, prise lors du meurtre du fameux Colorado Kid 25 ans plus tôt, présente déjà Audrey sur les lieux du drame, avec la même apparence…

À la façon d’un X-Files en son temps, les scénaristes de Haven tentent donc de créer une véritable mythologie autour de la ville et de ses personnages : qui est véritablement Audrey et que fait-elle à Haven ? Que sont les troubles, qu’est ce qui les provoque ? Comment les arrêter ? Si les deux dernières questions se posent depuis le début de la série, la première prend pour le coup tout son sens à la fin de la saison 1 et au début de la saison 2. Audrey comprend qu’elle n’est pas celle qu’elle pense être et tâche donc de redéfinir sa position au sein de la communauté.

Après une première saison fort bien menée et conduite à un rythme haletant, on espérait une deuxième saison qui avancerait un peu dans la mythologie et nous permettrait d’en apprendre un petit peu plus. Malheureusement, il n’en est rien, la saison 2 soulevant finalement plus de questions qu’elle n’y répond et si on ne peut pas reprocher aux scénaristes de vouloir creuser davantage leur mythologie, on peut toutefois regretter qu’ils n’apportent pas un poil plus d’informations et se contentent rapidement d’épisodes sans réel rapport avec l’arc dramatique général — des standalone, dans le vocabulaire des séries télévisées — si ce n’est quelques éléments ou personnages nouveaux, qui viennent un peu étoffer les choses. Même si les interrogations sont toujours là, le rythme en pâtit grandement et l’ennui s’installe un peu en milieu de saison. D’autant que les nouveaux personnages installés durant cette saison — Audrey #2, Dwight, Evi, Chris — sont particulièrement intéressants, mais disparaissent pour la plupart aussi vite qu’ils sont apparus, en laissant pour certains d’entre eux les choses en suspens. Heureusement, les quelques derniers épisodes de la saison reprennent un peu du poil de la bête, jusqu’à un final qui, s’il laisse lui aussi en suspens un certain nombre de choses, cette fois-ci volontairement, cliffhanger oblige, donne résolument envie de voir la suite !

Pour cette édition DVD, Entertainment One s’est surpassé et propose une édition simple mais efficace et très complète. La qualité est au rendez-vous et si, une fois de plus, les doublages français font peur, qui plus est dans un mixage stéréo tout bête, on ne pourra que saluer le travail sur le son proposé par la version originale, dans un très beau Dolby Digital en 5.1. L’image est elle aussi fort soignée et ne trahit que rarement des effets spéciaux qui ne bénéficient, comme souvent sur des séries TV, que de moyen limités.

On appréciera toutefois encore davantage le soin apporté aux bonus de cette édition. Pour commencer, on a droit à neuf commentaires audio répartis sur six épisodes différents — sur treize épisodes au total — par différents membres de l’équipe de la série, acteurs, scénaristes et producteurs. Des commentaires qui permettent de faire la lumière sur certains éléments qui peuvent sembler confus lors d’une première vision. Ensuite, six reportages font la part belle à l’équipe technique du film et donne voix à des personnes dont on ne parle souvent que trop peu : costumière, équipe régie… Ces courtes featurettes, de cinq à six minutes généralement, permettent de se rendre compte des impératifs d’un tournage tel que celui de Haven et offrent un regard nouveau sur certains aspects et corps de métiers que l’on ne mentionne que trop rarement. Diffusé comme un épisode « à part » car indépendant de l’arc dramatique de la série, l’amusant et inquiétant épisode de noël « Douce Nuit » est ici disponible en intégralité. Enfin, deux autres bonus raviront à n’en pas douter les fans : tout d’abord l’interview de Adam « Edge » Copeland, une superstar de la WWE retirée récemment pour des raisons de santé, qui interprète le massif Dwight et revient ici sur son personnage et sur la façon dont il s’est fait une place dans la série ; ensuite la longue et amusante présence de l’équipe de la série lors du Comic Con de New York qui s’est tenu en octobre 2011. Un ensemble de bonus complet, comme il est de plus en plus rare d’en trouver sur une édition DVD, a fortiori pour une série TV, qui fait véritablement plaisir, d’autant plus qu’un disque n’est consacré qu’aux suppléments. On sent une volonté de l’éditeur de plaire aux fans de la série et c’est une intention plus que louable.

Malgré une deuxième saison en dents de scie, très inégale narrativement, on retrouve toutefois avec grand plaisir l’ambiance et le casting de Haven. La très jolie Emily Rose approfondit encore davantage son personnage en même temps que la situation empire à Haven. De leur côté, Duke et Nathan explorent eux aussi les tensions qui les divisent et le final laisse vraiment pantois. C’est donc avec un certain soulagement que l’on sait qu’une troisième saison est en cours de préparation, pour une diffusion qui devrait débuter selon toute logique cet été. Une saison qui, on l’espère, éclairera un peu davantage son public que cette très mystérieuse et cryptique saison 2.


A propos de l'auteur

Cédric Le Men
avatar

Issu d’une famille de musiciens, Cédric fonde en 1995 le groupe Zahori, avec lequel il se produit pendant près de 10 ans, avant de se spécialiser dans la réalisation cinématographique à l’ESRA. Il y réalise les courts-métrages "Kaeron" et "Lacrimosa", dont il compose aussi en partie les musiques originales. Plus récemment, Cédric réalise le court métrage "Dieu reconnaîtra les Siens".

aucun commentaire sur cet article pour le moment.




Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • robert-pattinson-in-the-rover
  • copyright Warner Bros. Records /DR
  • Battle-of-the-Bands-Ayers-Rock-Boat-Punk-Savage-Riposte logo
  • Extrait du film
  • Noé
  • copyright © Reprise records /DR
  • orgueb3
  • Le-dernier-diamant
  • 1386172803_EMMANUELA.
  • Captain America, le soldat de l'hiver Photo Chris Evans © The Walt Disney Pictures