Cloud Atlas de Tom Tykwer, Lana Wachowski et Andy Wachowski

Le 12 mars 2013 par Cédric Le Men dans Aventures

Notes

Réalisation
45%


Casting
70%


Scénario
35%


Photo
75%


Musique
60%


Intérêt
30%


Total Score
53%

53/ 100

Genre: , ,
 
Réalisation: , ,
 
Avec: , , , , , , , , , , , ,
 
 
Scénario: , , ,
 
Photographie: ,
 
Musique: , ,
 
Pays:
 
Distributeur:
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
Durée: 165 minutes
 
Crédit photographique: Warner Bros. France
 

Les Plus:

Une photographie et une musique correctes, des acteurs qui ont l'air de s'amuser.
 

Les Moins:

Scénario incompréhensible, maquillages outranciers, philosophie indigente...
par Cédric Le Men
La critique

DEX_HEUUAprès un premier petit film captivant en 1996, Bound, la fratrie des Wachowski révolutionnait le monde du cinéma — techniquement, visuellement, sinon thématiquement — avec Matrix, premier du nom. D’une très grande force narrative, le film n’a aujourd’hui pas pris une ride et se regarde toujours avec le même plaisir. C’est donc, après l’ubuesque et outrancier Speed Racer, avec une certaine curiosité que l’on pouvait attendre Cloud Atlas et son casting quatre étoiles.

Cloud Atlas

Cloud Atlas suit les destinées de cinq groupes de personnages, séparés dans le temps et l’espace et unis dans la portée de leur actes comme dans leur filiation apparente. Un villageois s’éprend d’une belle inconnue venue lui demander assistance dans son périple existentiel et va au passage se confronter à ses démons ; un jeune compositeur quitte son bien aimé afin de se mettre au service d’un génie de la musique sur le déclin ; une jeune femme, employée clonée dans un fast-food du futur, va se dresser contre la société qui l’utilise ; une journaliste va elle aussi se dresser contre un consortium énergétique, au péril de sa vie ; un éditeur qui cherche à s’évader d’une maison de retraite où il est confiné contre son gré… Autant d’histoires qui se tissent et s’entrecroisent.

Le problème, c’est que l’on n’y comprend absolument rien. Le film s’embourbe dès ses premiers instants dans une complexité feinte par un montage virevoltant sans cesse d’une époque et d’un lieu à l’autre, sans véritable lien narratif ou contextuel permettant au spectateur de faire le lien et de s’y retrouver. Un artifice ayant comme but et unique raison d’être de masquer d’indigence d’un scénario épais comme du papier-bible, dont le manque de profondeur est flagrant et inversement proportionnel à la bêtise d’une philosophie pseudo-existentialiste digne du comptoir d’un bar-PMU d’une petite ville de province.

Cloud Atlas

Pourtant, les acteurs semblent prendre un plaisir fou à interpréter tous ces personnages, et on ne peut que les comprendre, finalement. D’autant que les acteurs ont ici un éventail de possibilités qui est accru par le fait qu’ils interprètent tous au minimum trois personnages, quand ça n’est pas davantage. On s’amusera donc de voir Tom Hanks endosser des personnages aussi variés que celui d’un taulard violent, écrivain à ses heures, d’un bon sauvage futuriste, d’un médecin peu scrupuleux, d’un scientifique poète… L’acteur s’en donne à cœur joie et ça se voit. Malheureusement, si cette impression s’étend à tout le casting, elle est ternie par des maquillages grotesques, qui sentent bon la prothèse en silicone et qui contribuent une fois encore à extirper le spectateur du récit qu’on lui fait.

Mais le problème majeur de ce film réside dans cette tendance qu’ont les Wachowsky à vouloir faire du blockbuster « intelligent », pathologie qu’ils ont contractée dès le deuxième opus de la saga Matrix, qui nous abreuvait de dialogues pseudo-philosophiques absolument imbitables. On tombe ici dans le même travers, les trois réalisateurs nous plongeant malgré nous dans un discours sur la nature interdépendante de l’humain vis à vis de ses pairs, en tant qu’entité inscrite dans l’espace et le temps. Une philosophie à la croisée des chemins de l’existentialisme d’un Jaspers ou d’un Sartre et du néopaganisme new-age qui, ânonnés ici avec la naïveté d’un étudiant en première année de philo, perdent l’un comme l’autre toute leur force.

Cloud Atlas

En définitive, il faut prendre Cloud Atlas pour ce qu’il est : un simple divertissement grand spectacle pour toute la famille, dont les décors et l’ambiance générale suffiront à convaincre les spectateurs les moins exigeants. Inutile d’y chercher un véritable propos ou de véritables enjeux, le film se contentant finalement de proposer un entrelacs d’intrigues plus ou moins intéressantes ou consistantes, parfois drôles, parfois inquiétantes, parfois surprenantes, parfois tristes, menées par des acteurs dont le plaisir manifeste est communicatif, ce qui constitue l’un des seuls points véritablement positifs du film.


A propos de l'auteur

Cédric Le Men
Photo du profil de Cédric Le Men

Issu d’une famille de musiciens, Cédric fonde en 1995 le groupe Zahori, avec lequel il se produit pendant près de 10 ans, avant de se spécialiser dans la réalisation cinématographique à l’ESRA. Il y réalise les courts-métrages "Kaeron" et "Lacrimosa", dont il compose aussi en partie les musiques originales. Plus récemment, Cédric réalise le court métrage "Dieu reconnaîtra les Siens".

3 commentaires sur cet article



  1. avatar
     
    George

    nan mais n’importe quoi ! j’ai trop adoré ce film, et le pire de tout c’est que j’ai tout pigé du premier coup. Je n’ai pas trouvé la philosophie indigente ou résumée à lextrême pour des teubés.

    J’ai trouvé ce film extrêmement bien fait, bien monté, bien ficelé. le fait de passer d’une époque à une autre est compréhensible, ça renforce le côté « effet papillon » que tente à montrer les frères wachowsky.
    oué, parfois le maquillage il était pas top, je pense à l’inquisiteur qui interroge la chinoise, ok, peut être à ce moment là, ça déconne. mais wouahou quand même.

    cloud atlas, en plus, la musique, ça nous aide à traverser les époques, c’est la partition qui anime le moteur du portail de téléportation.

    je suis sûr que ceux qui ont pas aimé ce film sont les adorateurs des films à la con genre spiderman ou les ch’tis.

    faut avoir l’âme d’un humaniste, d’une philanthrope pour comprendre de quoi parle le film. la liberté de chacun, la protection de l’être humain et de son libre arbitre. des sujets qui passent les siècles et trouvent dans chacune des scènes, un écho, un combat.

    trop kiffant. je suis bouleversée.


  2. Photo du profil de Laymore
     

    Spiderman c’est génial.

    Cloud Atlas c’est trop long.



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture