Entretien avec Romain Humeau : le groupe Eiffel 100% Rock

Publié le 13 décembre 2013 par charlotte dans CDDJ PLUS
Crédits photographiques : Eiffel – Franck Loriou -  [PIAS] France -  ©DR

Présent sur la scène française depuis 1998, fondé autour de Romain Humeau, Eiffel a sorti son nouvel album en 2013 Foule Monstre et vient de boucler une tournée marathon dans toute la France. Rester en quête, conserver une indépendance créative sont les volontés principales du groupe.

Votre dernier album, vous le décrivez comment ?

Romain Humeau : C’est difficile de décrire musicalement… Je suis dedans, en plein. L’avant dernier a bien marché mais nous désirons continuer à chercher, à créer. J’ai l’impression que cet album, le dernier : Foule Monstre est un album de réaction. Nous n’avions pas envie de faire la même chose. Du coup, nous sommes allés vers des sonorités plus pop, toujours motivés par l’amour du jeune musicien, porté à écouter les Beatles… ! Le côté grosse machine s’est estompé au profit de quelque chose de plus doux même si certains morceaux sont troubles et certains textes laissent percevoir des drames que l’on a vécu.

A l’ origine, comment est né le projet ?

Romain Humeau : L’album précédent est disque d’or. Il a connu un beau succès. Pourtant, pour le dernier nous avons voulu cheminer, faire notre route au niveau créatif et cette fois nous avons opté pour un son plus “urbain”… L’idée reste de conserver des contrastes, les reliefs que la musique et le texte créent en communiquant entre eux. En ce qui concerne les mots, nous avons choisi de dire les choses sans tomber dans le pathos, ou l’emphase, sans excès.

Quelles sont vos inspirations, vos maîtres ?

Romain Humeau : Je n’ai que des maîtresses…!
Je suis très focalisé sur Brel, Gainsbourg. Et puis, je n’ai pas de problème avec les genres. Je les aime tous même si beaucoup de choses me débectent comme Aerosmith, mais j’aime vraiment tous les styles de musique, afro, reggae, classique, rock… J’ai des grands maîtres et des petits, des “moins connus”. En France, mes influences restent Brel et en Angleterre Les Beatles qui sont parfois plus trash que les Stones, pas si gentillets qu’on peut le prétendre, beaucoup moins que Lady Gaga ou Korn. Ils abordent tous les styles avec une dextérité équivalente et le son est sublime… Regardez par exemple l’album Sergent Pepper, il a quelque chose de métal.

Jouer à la Cigale à Paris ça vous plait ?

Romain Humeau : On est toujours assimilé à un groupe de rock bordelais donc c’est important pour nous d’aller jouer ailleurs. Je viens d’Agen, puis j’ai vécu à Toulouse, maintenant je réside à Bordeaux. Paris c’est dur, c’est l’enfer d’y vivre. Par contre jouer à Paris c’est un vrai bonheur. Une fête ! En première partie, nous avions invité un groupe très sympa, bonne énergie et belle mélodie…

photo-eiffel-de franck loriou

Crédits photographiques : Eiffel – Franck Loriou – [PIAS] France – ©DR

Une bonne communication pour le rock, c’est quoi ?

Romain Humeau : La communication Rock, c’est terminé… Cela n’intéresse plus. Les vieilles musiques comme le blues, le rock et le principe de générer des stars est assez désuet. Ce qui compte, c’est comment on l’intègre dans sa sensibilité. On se moque de ce carcan, on veut que ça nous parle. Je souhaite l’ultra médiatisation pour ceux qui veulent mais surtout que la musique et l’expression libre existent ! Je me moque assez des médias. Les exemples français à l’américaine sont rares. Oui Gainsbourg a joué cette carte là, mais il a intégré le classieux de sa personnalité. Nous, avec Eiffel, on fait sans ça. C’est sûr, médiatiquement on ne pèse rien, mais cela me paraît normal… La notion de star s’estompe au profit de la musique, de la scène et du disque. Par ailleurs, lors d’un concert, l’intensité des émotions ne se calcule pas en fonction du bruit, du cri et du nombre d’individus présents dans la salle. Parfois, c’est calme et pourtant il se passe “quelque chose”. Un groupe de scène n’est pas celui qui mouille le plus le maillot ! Rien à voir avec l’effet “fin du monde” ou match de foot. Les larmes et les transes ne sont pas si importantes. Elles existent mais ne signifient pas quelque chose qui m’intéresse particulièrement.
Pour revenir à la communication du rock, le haut du panier médiatique n’est pas forcément le haut du panier artistique : Loic Lantoine par exemple, fait un travail magnifique mais il n’est pas particulièrement connu.

M : Un acte Rock, un look “rock” ou quand on dit « t’es rock’n roll » vous trouvez cela adolescent ?

Romain Humeau : J’aime bien la période de l’adolescence et c’est un moment essentiel dans la vie. J’ai beaucoup d’amour pour cette étape, quand on se cherche à ses propres yeux et à ceux des autres. Dans le fait de choisir un look rock, il y a une légèreté et une insouciance que je respecte. Ce n’est pas rien pour autant d’autant plus que cela continue à l’Age adulte… Il n’y a qu’à regarder les publicités : Elles révèlent des individus très identifiables par le look. Au niveau du rock, l’allure qui se greffe au comportement “bruler vite” a concerné les Clash par exemple. Ils étaient esthétiquement « rock ». Cependant, ce n’est pas un placement, un étiquetage, il ne faut pas? me semble-t-il, le prendre comme ça. Ce serait plutôt du compagnonnage. J’aime bien l’idée “des voyages immobiles” car le look ainsi que l’acte rock montre bien la volonté d’un ailleurs immédiat. Le rockeur est un aventurier !

Pour vous, le roman le plus caractéristique de cette musique ?

Romain Humeau : Les romans de Boris Vian tel qu’Un Automne à Pékin que j’ai particulièrement apprécié. C’est un auteur multiple, référence du jazz qui, tout comme le Blues, a permis la naissance du rock. C’est grâce à ces musiques que le rock existe ! On imagine le jazz écouté dans un piano bar… Il y a un billard, une ambiance ouatée et convenue. Pourtant avant d’être une musique de savants, c’était une musique détestée qui a eu du mal à faire sa place. Notre vision de cet art s’oppose à la notion “musique de sauvage”, c’est pourtant ainsi qu’elle était considérée !
J’aime bien également « Le festin nu », c’est une œuvre sublime.

La plus belle gueule de la scène rock au monde ?

Romain Humeau : Les génies… Il y a encore mieux que Mick Jagger, je pense à David Bowie. Quel talent !

Avez-vous pleuré à la mort de Bashung ?

Romain Humeau : Non mais pourtant cela m’a touché. J’ai travaillé pendant deux mois avec lui, belle expérience. Sa mort m’a peiné mais ce n’est pas la disparition qui m’a le plus bouleversé.

EIFFEL-pochette album foule monstre

Crédits photographiques : Eiffel – [PIAS] France – ©DR

Votre film préféré ? Votre héros préféré ?

Romain Humeau : Brazil est le film que je préfère. Sinon au niveau symbolique c’est Don Quichotte, mon héros préféré. Il est drôle mais il n’est pas fou. Pour moi, c’est la plus belle représentation de l’être humain. Sa rêverie, sa quête tant créative que celle d’un ailleurs. Créer et se donner l’illusion que l’on peut être immortel.

Votre sport, plutôt foot ou rugby ?

Romain Humeau : Le rugby car je préfère pratiquer un sport de voyou et être un gentleman !

Vous êtes plutôt accordéon ou flûte traversière ?

Romain Humeau : L’accordéon et le musette j’aime bien ! Je n’ai pas de problème avec les genres, ce sont les pratiques qui peuvent me déranger. Ce sont des instruments galvaudés. L’orgue est un bel instrument également, très profond qui s’adapte assez bien à toutes sortes de styles musicaux.

Plutôt “la vie est belle”,“l’ homme est un loup pour l’homme” ou “l’enfer c’est les autres” ?

Romain Humeau : J’aime bien ces expressions, les deux dernières surtout. Cela m’amuse de les détourner dans mes chansons notamment « l’homme est un loup pour l’homme » ! Pour « l’enfer c’est les autres », je ne m’en souci pas. L’enfer? Je ne suis pas croyant… Donc, les autres, c’est aussi le Paradis. « Les autres » il y a une impression que la liberté est grignotée, que les autres nous prennent, nous la volent et qu’il faut faire des compromis. Et puis, si l’enfer c’est les autres, je suis l’enfer puisque je suis les autres.

Crédits photographiques : Eiffel – Franck Loriou –  [PIAS] France –  ©DR


A propos de l'auteur

charlotte
Photo du profil de charlotte


2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    […] Présent sur la scène française depuis 1998, fondé autour de Romain Humeau, Eiffel a sorti son nouvel album en 2013 Foule Monstre et vient de boucler une tou.  […]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture