1190, Tewkesbury, royaume d’Angleterre. À treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d’aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l’auberge familiale. Il ne connaît le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l’ennui, semble bien décider à lui gâcher l’existence.

La venue d’un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d’histoires et d’énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s’y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s’enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit… mais un matin, il ne revient pas.

L’histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C’est ce que va tâcher de découvrir Roland… et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ? ((Quatrième de couverture))

Le lecteur est plongé dans l’Angleterre du Moyen-Âge avec ses chevaliers, son Roi et ses royaumes. Une chose diffère de la réalité : les créatures fantastiques existent. Les Haut-Conteurs en sont les principaux témoins puisqu’ils chassent celles qui se mettent en travers de leur chemin. Les Haut-Conteurs de l’Ordre Pourpre cherchent les pages du Livre des peurs, un livre qui aurait la particularité de dévoiler la vérité du Monde et de conférer bien des pouvoirs à celui qui le posséderait en entier.

Un Haut-Conteur s’arrête à l’auberge des parents de Roland. Les clients sont dès lors nombreux car ils espèrent tous entendre une histoire. Mais, un jour, ce Haut-Conteur, Corwyn Le Flamboyant, disparaît mystérieusement alors qu’il menait une enquête dans la forêt. C’est alors que le jeune Roland décide de partir à sa recherche. Il finit par le trouver, guidé par sa voix.

Le Flamboyant lui transmet alors une mission et la vie de Roland ne devient plus la même. Dès lors, il se retrouve mêlé dans une aventure dans laquelle il va très vite devoir faire ses preuves. Heureusement, Mathilde La Patiente, lui fait part de bons conseils. Roland va découvrir que toute légende naît d’une vérité et va se retrouver embarqué dans la chasse d’un puissant démon à la recherche lui aussi des pages du Livre des peurs pour le compte des Noirs Parleurs, les traitres des Haut-Conteurs. Roland va devoir faire preuve de discernement, résoudre des messages codés. Il ne met pas longtemps à décoder les messages, du coup ça rend la plupart des événements trop prévisibles. L’histoire manque de maturité, mais c’est sans doute dû au contexte puisque le héros n’a que treize ans. Les éléments mythologiques sont très intéressants à découvrir mais là encore, pas de surprise et ils paraissent surfaits. La seule originalité réside dans ces Haut-Conteurs pour lesquels des secrets seront sans doute davantage révélés plus tard.

Les personnages auraient pu être très attachants, mais impossible de se les imprégner. Là encore, l’âge du héros pourrait y être pour quelque chose. Mais même les autres personnages, adultes et très âgé pour certains d’entre eux, laissent de marbre. Il y a bien peut-être Vlad et William Le Ténébreux qui auraient pu apporter une couleur profonde au roman, mais même ces derniers restent très détachés. Les seuls moments accrochants restent donc les révélations concernant les Haut-Conteurs et leur Ordre Pourpre, les goules et leur Upyr. Petit plus : le petit glossaire lié à l’univers des Haut-Conteurs à la fin du roman.

Dommage que la magie n’a pas totalement opéré pour Les Haut-Conteurs, la voix des rois (Tome 1) .