Démissionne ou je détruis ta vie de Thomas Suinot

Le 5 juin 2011 par Guilhem dans Fiction
dmissionne_OK
Genre:
 
Auteur:
 
Éditions:
 
Collection:
 
Pays:
 
Date De Publication:
 
Nombre de pages: 312 pages
 
par Guilhem
La critique

Il est toujours difficile de faire une critique d’une œuvre écrite par une personne que l’on connaît ou que l’on a côtoyé par le passé. C’est le cas de Thomas Suinot, jeune romancier et journaliste (à moins que cela soit l’inverse). Exercice délicat s’il en est, puisqu’il est possible d’avoir le choix entre deux voies a priori contradictoires : soit chercher à faire une critique complaisante dans le but de lui faire de la publicité,  soit dire tout ce qui ne nous a pas convenu dans un souci d’exigence. Démissionne ou je détruis ta vie est son second roman, après La mort de l’Amour, publié aux éditions Les 2 Encres. Beaucoup plus fourni que son premier, il dénote aussi pas mal avec forcément une gestation plus grande et une envie de faire un véritable récit.

D’ailleurs, on va commencer par ce qui peut complètement dérouter le lecteur lambda et qui perturbe pas mal au final : pendant deux cents pages, on se demande ce qu’on est en train de lire. Ça part un peu dans tous les sens. Le personnage principal, un imbuvable petit journaliste, Baptiste Scotch, est carrément un espèce de tombeur, charmeur et aussi manipulateur. Il cherche pendant un long (trop long) moment à se venger d’un autre journaliste et on se dit que rien de tout ça ne tient trop bien la route. Ceci entrecoupé de drogues, de sexe et de jugement à l’emporte pièce sur tout ce qui l’entoure et surtout l’énerve.

Mais la deuxième partie du livre éclaire grandement le lecteur. Ce parti pris de l’écrivain (justifié par lui-même dans la postface) peut donc pas mal dérouter mais on en apprendra beaucoup en peu de temps. Et autant dire que cette deuxième partie sauve complètement l’ensemble de l’œuvre et nous amène à reconsidérer grandement notre première (mauvaise) impression.

C’est que le monsieur Suinot est quelque peu malin. Sous le couvert de nous sortir une histoire bateau avec trois références et tromper le lecteur sur ces dernières1, il nous tisse sa petite toile pour nous ramener vers quelque chose de plus réel, concret et bien plus dramatique. On en dévoilera pas plus pour éviter de briser tout suspense. Ça serait gâcher l’effet de surprise. Mais il est nécessaire de s’accrocher un petit peu pour éviter de jeter le livre par dépit après quelques pages. La première partie n’est qu’une tranche de vie de quelque chose de plus intéressant par la suite. Et la suite permet de tout remettre en perspective. Un bon pied de nez au lecteur, intentionnel ou non, et ce n’est finalement pas plus mal.

Et donc ce Démissionne ou je détruis ta vie mérite un gros coup d’œil. Style aéré et formules chocs, avec une emprise sur le réel actuel assez manifeste, ne serait-ce que dans les descriptions de certains travers du net (en filigrane), d’une certaine faune parisienne (bien que cette dernière soit plus ébauchée que réellement décrite avec un grand réalisme) et bien entendu l’univers du journalisme (cette dernière étant la plus fouillée et sort vraiment du lot), ce livre plaira à un lectorat avide de récits décalés, de tension et d’émotions à fleur de peau. On peut regretter quelques grosses coquilles et fautes de frappe mais il parait que cela va être corrigé dans les prochains tirages (le premier étant déjà épuisé).

On peut aussi ne souhaiter que bon vent à cet auteur qui peut clairement se faire une place au soleil dans les années à venir s’il arrive à peaufiner son style, lorsqu’il aura complètement digéré ses diverses influences. Et à ce moment là, on se souviendra de son Démissionne ou je détruis ta vie comme la première pierre d’un très gros édifice (en clair, d’une longue œuvre).

Disponible sur Amazon

Pour discuter avec l’auteur, c’est sur Trois Heures Roses.

  1. Le coup de la phrase répétée par un Damien à la fin de quelques chapitres est d’ailleurs bien joué. []

A propos de l'auteur

Guilhem
Profile photo of Guilhem

Créateur du site. Et accessoirement d'autres casquettes et rôles (beaucoup). Envoyez un mail à guilhem@cadependdesjours.com pour toute demande, question, suggestion ou demande plus formelle (courrier des lecteurs accepté aussi).

aucun commentaire sur cet article pour le moment.




Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture