L’Étrangère a.k.a die Fremde : du rififi chez les germano-turcs

Le 2 avril 2011 par Djool dans
Die Fremde Soundtrack 2010 music Stephane Moucha & Max Richter (elec3sound)

Notes

Réalisation
0%


Casting
0%


Scénario
0%


Photo
0%


Musique
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par Djool
La critique

Sortie le 20 avril 2011

C’est après avoir vu L’Étrangère que l’on peut-être tenté par savoir qui se cache derrière Feo Aladag, la réalisatrice Turque. En cherchant sur Internet, j’eus la surprise de voir une jolie femme blonde qui n’avait pas plus l’air turque que je n’ai l’air ougandaise. De fait, Feo Aladag est une actrice/réalisatrice autrichienne mariée à l’auteur germano-turc Zuli Aladag, qui est coproducteur de L’Étrangère mieux connu sous le titre Die Fremde à travers le monde.

Jamais sans mon fils

Une telle introduction mentionnant ce couple « métissé » était nécessaire pour une meilleure compréhension du film. Dans ce long-métrage, la communauté turque d’Allemagne n’y est pas dépeinte comme étant « respectueuse » de la liberté et des droits de la femme. L’histoire raconte celle de Umay (Sibel Kekilli), une jeune germano-turque souhaitant revenir avec son fils en Allemagne, où elle a grandit, pour échapper à son mari turc qui les moleste tous les deux et les enferme dans la maison turque, qui s’apparente à une prison. Ne l’aimant plus, elle décide de retourner vivre chez ses parents à Berlin en Allemagne pour démarrer une nouvelle vie.

L’Étrangère – Bande-Annonce 2011

C’est avec surprise que le spectateur constate que le père et le frère ainé prennent le parti du mari et ordonnent à Umay de rendre son fils. Du point de vue de la communauté, son acte déshonore la famille ainsi que son mari. Le conflit va grossir petit à petit, Umay essayant de s’en sortir par elle même et avec l’aide de non-turcs. Mais les conséquences seront immanquablement dramatiques.

Le film fait de Umay le symbole d’une femme orientale qui a renié « ses droits » en tant que femme et en tant que mère de famille, et dont le comportement s’occidentalise trop pour que sa famille puisse le supporter. Pour la communauté turque, la tradition et l’honneur prévalent à la protection de sa propre famille, la communauté est supérieure à l’être individuel. Umay pense le contraire.

La conclusion de ce film est très pessimiste : Umay la turque, qui adopte le style de vie allemand, cela veut dire être une femme indépendante qui s’assume et qui ne veut plus dépendre de la famille. Mais ses frères et sa sœur ne la soutiennent pas, malgré le fait qu’eux-mêmes soient nés et élevés en Allemagne. Ils ont beau parler l’allemand, ils pensent comme les turcs.

Comme quelques-uns des films de Faith Akin (dans lesquels Sibel Kekilli a déjà joué, dont Head-On), L’Étrangère pointe du doigt les problèmes inhérents à la communauté turque en Allemagne, mais possède un ton bien plus sombre et pessimiste. Il n’en reste pas moins puissant et fait passer un message fort car réaliste à propos de ce qui se passe actuellement. Je mettrai juste un petit bémol sur la fin tout en pathos et en ralenti, le film était suffisamment brillant pour ne pas en arriver là.

L’Étrangère (Die Fremde) de Feo Aladag | Scénario de Feo Aladag | Photographie de Judith Kaufmann | Musique de Max Richter et Stéphane Moucha | Avec Sibel Kekilli, Settar Tanrıöğen, Derya Alabora, Florian Lukas, Tamer Yiğit, Serhad Can, Almila Bagriacik, Alwara Höfels, Nursel Köse, Nizam Schiller | Allemagne | 2010 | 119 min. | Drame | Distribué par  Wild Bunch Distribution | Crédit photographique : Wild Bunch


A propos de l'auteur

Djool
avatar

Rédactrice Cinéma et DVD Je cherche encore une citation à mi-chemin entre Emmanuel Kant et Didier Gustin. • Bio : Née dans le 91, a grandi dans le 94, habite désormais dans le 93, parce que Paris ça pue le hispter et la pute à frange (que j'ai été, mais c'est parce que j'y habitais). Ancienne martyr moche à l'école/collège/lycée, j'ai commencé à être bonne à la fac, mais bizarrement, c'est à partir de ce moment que mes notes ont commencé à baisser. • Réalisateurs préférés : Paul Verhoven, Alfred Hitchcock, Les frères Coen, David Cronenberg, David Lynch, Stanley Kubrick, Michel Gondry, Alain Resnais, Michael Haneke, Nicolas Winding Refn, Wes Craven, Wes Anderson, Roman Polanski et Woody Allen même si ce sont les rois des pedobears. • Films préférés : La Nuit Du Chasseur, Psychose, Funny Games, Vertigo, The Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, Blindness, Drive, Tetro, Precious, Le Père Noël Est Une Ordure, Smoking/ No Smoking, Scoop, et La Classe Américaine bien sûr ! • Musique préférée : Electro – Rock – Indie – Slam Ghanéen.

aucun commentaire sur cet article pour le moment.




Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • AltJ
  • Pour que Pendant les Travaux le cinéma reste ouvert reste à l'antenne
  • Sin City 2 photo film la suite sur CDDJ Couverture
  • 2657694088_small_1
  • THE WHO 03
  • REDSKYUNE
  • mesures
  • copyright Ayers Rock Boat Lyon /DR
  • REDSKY2
  • robert-pattinson-in-the-rover