Le Rite (à Mitsouko)

Le 22 mars 2011 par Djool dans Horreur
lerite

Notes

Réalisation
50%


Casting
60%


Scénario
30%


Photo
40%


Musique
50%


Intérêt
40%


Total Score
45%

45/ 100

Genre:
 
Réalisation:
 
Avec: ,
 
 
 
 
 
Pays: ,
 
Distributeur:
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
Durée: 114 mn
 
Titre original: The Rite
 
Crédit photographique: Warner Bros.
 

Les Plus:

Anthony Hopkins porte à lui seul le film au bout des bras.
 

Les Moins:

Pas de rebondissement ou de twist significatif, ça monte, ça monte, mais le soufflé ne prend pas.
par Djool
La critique

Ce qui est embarrassant avec ce film traitant totalement de l’exorcisme, mais aussi des crises de foi d’un jeune prêtre, qui ne fait que douter durant tout le film, c’est que le titre « Le Rite » (The Rite en anglais) est franchement mal adapté. Il aurait pu s’appeler « L’Exorciste« , mais c’était déjà pris, ou alors « Exorcisme » tout court, mais on a quand même eu « l‘Exorcisme d’Emily Rose« … Donc Le Rite, mais faut faire gaffe, vous vous plantez d’une lettre et vous obtenez Le Rire, ce qui craint pour un film qui est censé faire peur… ou Le Ritz, mais c’est plus du tout le même standing.

Michael Kovak est un jeune homme travaillant dans une morgue familiale avec son père. Ayant perdu sa mère enfant, ses croyances s’en retrouvent perturbées et il hésite à reprendre l’entreprise de pompes funèbres de son paternel, ou faire une faculté ecclésiastique de 4 ans afin de prononcer ses vœux et devenir prêtre.

En choisissant la deuxième solution, moultes péripéties vont le conduire dans un diocèse à Rome, afin d’étudier l’exorcisme, science en laquelle il doute énormément, tout comme il doute de l’existence de Dieu, en compagnie du père Lucas, exorciste Gallois débarqué il y a plus de 40 ans.

Le Rite – Bande-annonce – 2011

Beaucoup de promesses sur les affiches : « le meilleur rôle d’Anthony Hopkins, depuis Hannibal Lecter ». Ne nous leurrons pas, il porte le film à bout de bras, assumant le pamphlet pro-catho qu’est ce film, mais je pense quand même que non, ce n’est pas son meilleur rôle depuis Hannibal. Mais surtout, que penser de Colin O’Donoghue, tantôt crédible, tantôt totalement désinvesti de son rôle comme si croire en Dieu et au Diable, c’est aussi jouer sa propre crédibilité en tant qu’acteur, genre : « mais finalement? Est ce que je crois en moi, tout simplement? ».

Croire ou ne pas croire? telle est la question…

Il est très tentant de comparer ce film avec Constantine, L’Exorciste, ou encore L’exorcisme d’Emily Rose… Mais le film peine trop à s’inscrire dans une action voire une intrigue prenante et s’embourbe très rapidement. Faire peur? On n’a pas l’impression que c’est la volonté de Mikael Håfström, le réalisateur allemand… un petit twist final peut-être? Que Nenni, la dernière scène est tellement attendue, qu’on est vraiment déçus que les scénaristes aient pas cherché à nous balancer une petite surprise de sous les fagots.

Au final, on a plus le sentiment que le film parle de croyance, de foi, de ce qui différencie Dieu du Diable, et comme quoi ne pas croire en l’existence du Diable, et bien c’est renier l’existence de Dieu. Beaucoup trop de moralisme, donc et c’est réellement dommage, car Colin O’Donoghue arrive à nous entraîner dans sa perte de foi. Puis on s’accroche jusqu’au bout pour savoir si le père Lucas interprété par Anthony Hopkins est un fou/ escroc qui se fout bien de la gueule des italiens avec ses exorcismes à la con, ou si le diable sous différentes formes est bien capable de pénétrer l’âme des mortels pour les faire souffrir de l’intérieur (et ça se voit à l’extérieur).

Le Rite (The Rite) de Mikael Håfström | Scénario de Michael Petroni,  d’après l’œuvre de Matt Baglio| Photographie de Ben Davis | Musique de Alex Heffes| Avec Anthony Hopkins,  Colin O’Donoghue, Alice Braga, Ciarán Hinds, Toby Jones, Rutger Hauer | Etats-Unis | 114 min. |Horreur, Épouvante et Drame | Distribué par Warner Bros. France | Crédit photographique : Warner Bros.


A propos de l'auteur

Djool
Photo du profil de Djool

Rédactrice Cinéma et DVD Je cherche encore une citation à mi-chemin entre Emmanuel Kant et Didier Gustin. • Bio : Née dans le 91, a grandi dans le 94, habite désormais dans le 93, parce que Paris ça pue le hispter et la pute à frange (que j'ai été, mais c'est parce que j'y habitais). Ancienne martyr moche à l'école/collège/lycée, j'ai commencé à être bonne à la fac, mais bizarrement, c'est à partir de ce moment que mes notes ont commencé à baisser. • Réalisateurs préférés : Paul Verhoven, Alfred Hitchcock, Les frères Coen, David Cronenberg, David Lynch, Stanley Kubrick, Michel Gondry, Alain Resnais, Michael Haneke, Nicolas Winding Refn, Wes Craven, Wes Anderson, Roman Polanski et Woody Allen même si ce sont les rois des pedobears. • Films préférés : La Nuit Du Chasseur, Psychose, Funny Games, Vertigo, The Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, Blindness, Drive, Tetro, Precious, Le Père Noël Est Une Ordure, Smoking/ No Smoking, Scoop, et La Classe Américaine bien sûr ! • Musique préférée : Electro – Rock – Indie – Slam Ghanéen.

3 commentaires sur cet article



  1. avatar
     
    Frère Angus

    effectivement bien décevant.
    Les acteurs ne sont pas mauvais, c’est le scénario qui l’est : sans surprise, sans élan, sans profondeur.
    J’espérais un petit frisson : déçu.
    J’espérais Hopkins dans toute sa splendeur : le rôle ne l’y aide pas.


  2. Photo du profil de Beate
     

    Hopkins, plus que mauvais, film plus que décevant. Tout est mauvais. (même si la femme enceinte m’était bien sympathique)


  3. avatar
     
    Mel

    Décevant c’est vrai « l’exorciste » euhh pardon « le rite »… Bref trop accès sur la croyance, la religion et la foi, rien de nouveau, de bons acteurs mais rien en profondeur dans le scénario, dommage…



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture