Le rattrapage des Chronicles of the Gaze 2010: Highspire et The Soft Moon

Le 12 mars 2011 par Mathieu dans

Notes

Composition
0%


Mixage
0%


Arrangements
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
par Mathieu
La critique

On continue dans le rattrapage des bons disques de 2010. Aujourd’hui, on va voir que le shoegaze un peu old school et le rock/electro minimaliste façon Suicide ne sont pas morts.

On commence par Highspire et leur album Aquatic.

Ce qui est curieux, avec cet album, c’est que quand on l’écoute de prime abord, il n’a pas l’air de révolutionner le genre. Soyons clairs, Highspire, depuis leur premier album, Your Everything, sorti en 2003, a toujours été un groupe pour lequel le temps s’est complètement arrêté en 1992, les influences du shoegaze le plus classique possible sont là.

La différence, c’est que du son plus agressif de Your Everything, qui penchait clairement du côté des racines électriques du mouvement des années 90, comme il était de mise de le faire depuis le revival du mouvement dans les années 2000, on passe à un son qui fait la part belle à des influences plus pop et éthérées.

L’album s’ouvre sur Just Begun et What Lies Before, et ressuscite Jesus & Mary Chain et Moose, annonce la couleur, on est dans les nappes de guitares, la reverb à fond et les textes légers. Dit comme cela, ça pourrait péjoratif, mais il n’en est rien. Faire de la bonne pop tout en ayant un son travaillé et original, c’était aussi la force du shoegaze, et Highspire nous montre que c’est encore possible.
Là où ça se corse, c’est quand on enchaîne sur Satellite, Sunraindown et Glacier.

Satellite

La vraie réussite de cet album, c’est de ne pas se cantonner à un seul style, comme le montre cet enchaînement de trois morceaux très space-rock. Tout l’album est construit comme ça: un enchaînement de deux à trois chansons qui semblent constituer un hommage à un penchant particulier au genre protéiforme qu’est le shoegaze.

Ainsi, on passe par My Bloody Valentine, avec Dusted, Dead By Down et All I See Is Blue, une espèce de transition entre le point d’achoppement de ce qui restera, pour certains, les deux piliers du genre que sont MBV précédemment cité et Slowdive, et l’album de se clore sur Standing On An Empire, It Disappears et Joke’s On You et leurs coeurs éthérés et aériens.

Joke’s On You

Cela aurait très bien pu ressembler à une vulgaire compil’ de musique déjà faite, mais la réussite de l’album est là, nous faire faire un voyage au sein d’un genre trop facilement stéréotypé aujourd’hui, et montrer que le shoegaze ce ne sont pas seulement de grosses guitares et une voix inaudible, mais aussi tout un aspect pop dont la réussite est de ne jamais tirer vers le mielleux.

Highspire nous montre, après sept ans d’attente que faire du bon et authentique shoegaze est encore possible.

Il y eut une autre magnifique surprise en 2010: The Soft Moon, qui sort un album du même titre.

Encore des gens de San Francisco, décidément the place to be puisque Tamaryn et Weekend, chroniqués ici il y a quelques mois en sont issus eux-aussi, preuve que cette ville est vraiment un épicentre musical plus qu’intéressant.

On peut le dire tout de suite, cette album est une claque. Une longue claque froide et étrange qui résonne longtemps dans les oreilles. Une claque minimaliste aussi. Empreint de cold wave et d’electro, l’album de The Soft Moon ressemble à du Suicide ou du Young Marble Giants, le tout mâtiné d’une atmosphère qu’on croirait sortie d’un film de David Lynch comme Eraserhead.

Breathe The Fire annonce tout de suite la couleur, boîte à rythme, basse lancinante, voix d’outre-tombe, voilà le style de The Soft Moon, un espèce de son pseudo-batcave mélangé à de l’electro minimaliste.

Breathe The Fire

L’album n’est pas monolithique pour autant, et il y a même quelques petits détours Curesque, par exemple, dans When It’s Over, à partir duquel les guitares seront un peu plus présentes (sans non plus trop exagérer, le minimalisme reste ici le maître-mot), jusqu’à donner à l’album une saveur de plus en plus gothique.

Circles

The Soft Moon laisse au final une impression étrange, mais marquante, hypnotisante, qui reste longtemps en tête, on attend la suite avec impatience!

Aquatic de Highspire est sorti en 2010 chez Reverse Reverb

The Soft Moon est sorti en 2010 chez Captured Tracks


A propos de l'auteur

Mathieu
avatar


aucun commentaire sur cet article pour le moment.




Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • AltJ
  • Pour que Pendant les Travaux le cinéma reste ouvert reste à l'antenne
  • Sin City 2 photo film la suite sur CDDJ Couverture
  • 2657694088_small_1
  • THE WHO 03
  • REDSKYUNE
  • mesures
  • copyright Ayers Rock Boat Lyon /DR
  • REDSKY2
  • robert-pattinson-in-the-rover