Cette première partie d’Harry Potter et les Reliques de la Mort est surtout centrée sur la recherche des horcruxes (bien qu’il n’en trouve qu’un seul pendant 2H30 et qu’il en reste tout de même trois). Pour ceux qui n’ont pas lu le bouquin, rappelons qu’un horcruxe contient une partie de l’âme de Lord Voldemort, (Ralph Fiennes) âme qu’il avait divisé en sept. Ceci dit, attendez-vous à visiter forêts sur forêts. Bon, ok on passe de temps en temps à Godric’s Hollow, le village où est né Harry Potter et où également le mage noir a tué ses parents ainsi qu’au ministère de la magie, mais ce qu’on voit dans ce film, ce sont surtout des paysages qui m’ont rappelés la trilogie du Seigneur des anneaux.

D’ailleurs, le médaillon du fameux R.A.B dont on finit par découvrir l’idendité, c’est un peu comme l’anneau de Frodon : celui qui le porte devient vite agressif et déprimé. Quand Harry se retrouve à plonger dans une rivière glacée et pris au piège à cause du médaillon, cela ne vous rappelle-t-il pas la scène des marais avec Frodon ? Bref, c’est clair que c’est la même thématique, mais quand même, une fois mise en scène la ressemblance frappe.

Le gros plus du film : le sac magique d’Hermione Granger (Emma Watson) qui contient plus que ce qu’il a l’air de vouloir contenir. Qui n’a pas rêvé, petit, de posséder un sac pareil ? L’érudition d’Hermione s’avère d’ailleurs encore une fois de plus très utile au trio, vu le peu de brio dont peuvent faire preuve Harry (Daniel Radcliffe) et Ron (Rupert Grint).

Par contre, certains détails sont assez peu logiques. En effet, Hermione a beau avoir un sac magique, on se demande toujours comment la pelle pour enterrer Dobby est apparue, parce que bon, Hermione a-t-elle vraiment pensé à apporter une pelle ? D’ailleurs, au lieu d’utiliser une pelle pourquoi ne se sont-ils pas servis de baguettes magiques ? Il y a bien des sorts magiques pour creuser, non ?! Voilà quelques exemples d’incohérences que l’on peut observer dans Harry Potter et les Reliques de la Mort sans vouloir chercher à comparer avec le bouquin.

Car si on devait s’amuser à comparer avec le livre, la liste des différences deviendrait bien trop énorme et ce, dès le début du film. Allez, juste pour le fun : Dudley Dursley, le cousin d’Harry, lui dit « Je ne pense pas que tu prennes trop de place » et dans le film c’est juste le fait qu’il soit bête comme ses pieds qui est mis en avance « Je ne comprends toujours pas pourquoi on doit partir. ». C’est vraiment dommage, ça paraissait intéressant de voir Dudley avouer ne pas détester complètement Harry. Le départ en lui-même d’Harry : il finit par donner lui-même ses sept mèches de cheveux à Maugrey Fol’Oeil pour la potion du polynectar. Ce n’est donc pas Hermione qui les lui arrache. Puis, quand il est dans la moto d’Hagrid, celle-ci ne se retrouve pas sur une autoroute : le combat entre les mangemorts et les sept Harry se situe uniquement dans les airs. Enfin, Hedwige, la chouette ne meurt pas subitement, mais pour le coup sa mort est ici bien justifiée car elle a fait preuve d’intelligence durant six années en rendant service à Harry. C’est bien que ce soit elle qui le trahisse, car tout le monde ne se rappelle pas forcément de Stan, le chauffeur de bus. Ce qui est néanmoins regrettable, c’est que sa mort passe vite à la trappe, car bon sang, elle a tout de même accompagné Harry et ses amis pendant six ans ! Bref, inutile d’en faire la liste complète.

Ce qu’on aime : les scènes dans le manoir des Malefoy (dommage que ce ne soit pas expliqué dans le film qu’il s’agisse de leur demeure), la visite au ministère de la magie, Harry et Hermione qui se rendent au village Godric’s Hollows, le trio qui se cache chez notre défunt et regretté Sirius Black au 12 square Grimmaurd, Alan Rickman qui interprète Séverus Rogue, Jason Isaacs qui interprète Lucius Malefoy, Helena Broham Carter dans le rôle de Bellatrix Lestrange, et Tom Felton notre Drago Malefoy qui n’avouera pas avoir sauvé Harry pour le plus grand bien de tous.

L’autre plus du film : le conte des trois frères sorciers imagé. C’est sympa, c’est joli et ça donne du sens à tout le reste. La cape d’invisibilité, la pierre philosophale et la baguette du défunt Dumbledore n’étaient pas là par hasard et juste pour donner de l’aventure au trio, non, ça représente beaucoup plus ! On pleure quand même un petit peu aussi. Mais surtout, qu’est-ce qu’on rigole ! La palme du rire est décernée sans contester à Fred et George Weasley ! Au moins le film a gardé la blague de George et son oreillole. On stress et on sursaute une fois à cause de Nagini le serpent de Voldemort.

Harry Potter et les Reliques de la Mort – Partie 1 restera un bon film du dimanche à regarder en famille. Dommage qu’il donne l’impression d’avoir été bâclé à cause de certains acteurs qui devaient certainement avoir envie d’en finir une bonne fois pour toutes. Le meilleur est gardé pour la deuxième partie et là, ça va être quelque chose ! Le rendez-vous est donc pris pour Juillet 2011. Heureusement que cette partie n’était pas en 3D : il n’y a aucun intérêt pour qu’elle le soit.

Pour faire court, Harry Potter et les reliques de la mort – Partie 1 avait du très bon potentiel (plus adulte, plus ténébreux) mais le potentiel a été transformé en longueur et c’est ce qui est vraiment dommage !