Faire un bon thriller, un film à suspense comme on dit, est quelque chose de difficile à notre époque où 5000 films doivent sortir par an au cinéma et en DVD. C’est pourtant du coté de l’Espagne, encore une fois, que des petites perles proviennent, montrant, si besoin était, que la France est définitivement hors jeu quand il s’agit de faire du film de genre et/ou du film qui tient la route. Buried, second film de Rodrigo Cortés (après Concursante et qui s’était déjà illustré par deux courts métrages, dont 15 days qui est le court métrage espagnol le plus primé de l’histoire), s’inscrit dans cette veine. Un film dans un cercueil, où il n’y a qu’un seul personnage apparent, pendant une heure trente, sans que la voit passer, et avec une suspense certain, voilà le programme…

Paul Conroy est un chauffeur routier qui a accepté de bosser en Irak par appat du gain, histoire de mieux faire vivre sa famille restée au pays. Mais jamais il n’aurait imaginé atterrir dans un cercueil, enterré vivant dans une boite à peine grande pour lui et qui va être son tombeau s’il ne trouve pas vite une solution pour sortir de là. En effet, l’oxygène manque et il n’a qu’un briquet et un téléphone portable à moitié rechargé pour tenter de sortir de ce piège…

http://www.youtube.com/v/jqxvtTQpsJw?fs=1&hl=fr_FR
Buried – trailer – 2010

Le réalisateur espagnol a réussi, avec Buried, à faire un film captivant et d’action en restant centré dans un seul endroit. On pouvait avoir peur que tout tourne en rond après les premières minutes du film mais tout s’enchaîne à une vitesse assez impressionnante lorsque Paul fait tout pour se sortir de la situation dans laquelle on lui a mise. Il va donc passer coup de fil sur coup de fil après s’être rendu compte de sa prison. Ce tour de force est possible tout d’abord pas une mise en scène assez vivante et rythmée, associée à une musique de film d’action, aux relents un peu vieillots mais toujours efficaces.

Mais la sauce ne peut pas prendre pour tout le monde. En effet, il faut avoir une certaine habitude de la radio et des dialogues chargés d’humour malgré l’intensité de la situation dramatique. Buried est axé là-dessus et il faut être parfaitement attentif à cela. La salle de cinéma a ri sans que la trame de départ ne s’y prête nécessairement. C’est d’ailleurs très paradoxal mais le personnage principal, le Ryan Reynolds, a enfin trouvé un rôle pour déployer le peu de talents que certains lui accordent malgré sa belle gueule qui lui a valu de tourner dans des machins assez tiédasses comme La Proposition. Il est ici impressionnant et ne joue d’ailleurs que sur sa voix et les expressions de son visage pour faire ressentir une tension évidemment palpable.

Le réalisateur l’a bien aidé puisque chaque séquence durait un peu plus de 6 minutes, le temps de trouver le temps long et de s’immerger à fond dans ce véritable tombeau. On peut trouver que c’est un pur exercice de styler mais Cortez a fait le pari de le filmer sous plusieurs angles et d’accompagner l’action qui s’y déroule en agrandissant ou rapetissant le cercueil. Un véritable pari, réussi, tout comme les dialogues avec les autres acteurs, forcément, qui émaillent l’ensemble. Surtout que ce cher Paul doit non seulement se battre pour sa survie mais aussi pour celles des autres, le tour dans quelques m2…

Vous l’aurez donc peut-être compris, Buried est une bonne surprise, une très bonne surprise même. Avec un scénario pourtant casse gueule et qui peut paraître très typé « étudiant en cinéma », le film s’en sort haut la main avec brio et une intelligence rare. Preuve qu’avec un budget dérisoire (3 millions de dollars), on n’arrive à faire un film prenant, assez émouvant et chargé d’humour…

Buried de Rodrigo Cortés | Scénario de Chris Sparling | Photographie d’Eduard Grau | Musique de Victor Reyes | Avec Ryan Reynolds, Robert Paterson, José Luis García Pérez, Samantha Mathis, Warner Loughlin, Ivana Miño, Heath Centazzo, Joe Guarneri, Michalla Petersen, Judy Reyes | Espagne | 2010 | 95 min. | Thriller | Distribué par Rezo Films