Repo Men est l’adaptation de l’œuvre d’Eric Garcia, “The Repossession Mambo”, écrit en 1997. La réalisation  a été confiée à Miguel Sapochnik, jusque là totalement inconnu du grand public puisqu’il réalise surtout des clips et ces courts métrages. Repo men est assez marrant d’abord puisque c’est un peu le penchant non musical de Repo! The Genetic Opera sortie en DVD et surtout plus tôt que Repo Men. La controverse a battu son plein chez les auteurs de la bouse avec Paris Hilton mais sans que cela aboutisse à quoique ce soit. Il faut dire que leur film, chef d’œuvre de série B et de mauvais gout s’il en est, ne présente finalement pas beaucoup de similitudes avec Repo Men, si ce n’est le concept de repreneurs d’organes, thème central du film, qui sera développé plus loin. Oscillant entre comédie, thriller et action, le film de Miguel Sapochnik ne sait pas trop trouver son rythme et c’est le principal écueil de cette histoire de repreneurs…

Dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l’aide d’organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L’Union. Mais il y a un revers à la médaille : lorsque les « greffés » ne sont plus à même d’honorer les échéances de leur crédit, L’Union envoie alors ses agents spécialisés, les Repo Men, pour reprendre la marchandise, sans se préoccuper du confort ou de la survie de leurs clients insolvables.

Rémy, un des meilleurs Repo men sur le marché, est victime d’un arrêt cardiaque et se réveille avec le dernier modèle de cœur artificiel implanté dans le thorax, et la note salée qui l’accompagne. Cette intervention forcée produit cependant un effet indésirable : Rémy n’a plus le cœur à l’ouvrage. Quand il se retrouve dans l’incapacité de payer ses traites, L’Union assigne alors son agent le plus coriace, Jake, l’ex-coéquipier de Rémy, pour le retrouver et récupérer son bien. Le chasseur est devenu la proie…

http://www.youtube.com/v/jl9Nvg4yuus&hl=fr_FR&fs=1
Repo Men – trailer – 2010

Je suis partagé sur Repo Men. J’avoue que l’œuvre de Miguel Sapochnik présente un quelconque intérêt mais le film met un peu trop de temps à trouver sa place. Il faut dire que les personnages manquent soit de psychologie, soit cette dernière est trop fouillée pour ce type de sujet. Toujours est-il que le tandem Law- Whitaker n’est pas toujours heureux, ne serait-ce que pour avoir transformé ce brave Forrest en méchant alors que la plupart du temps, il est plutôt du coté des bons.

L’histoire en elle-même est originale, si bien entendu, vous n’avez pas vu Repo! The Genetic Opera, auquel cas vous aurez comme une impression de déjà vu, musique de merde en moins (et dieu sait que dans Repo Men c’est une qualité, comparé à la bouse soi disant opéra rock du réalisateur des Saw 2 et 3). Point dé départ intéressant, les repreneurs d’organes ne peuvent pas particulièrement attirer la sympathie et c’est à souligner. Mais comme ces derniers ont du mal avec leur job, c’est le cas du personnage principal, l’histoire peut véritablement démarrer.

Si la volonté des scénaristes, Garcia et Lerner, était d’intégrer des éléments comiques à Repo Men, on ne peut pas vraiment dire que cela soit réussi. En effet, le film, pendant les trois quarts du temps, mets beaucoup de temps à nous montrer un quelconque intérêt et seul la dernière demie heure est réellement excitante. A partir ce moment en effet, on dirait que le réalisateur ait voulu faire de jolis plans, avec de jolies lumières et enfin corser une intrigue qui se tourner les pouces. La fin est donc assez intéressante puisque le pauvre Remy va se retrouver…mais nous n’en dirons pas plus pour éviter d’enlever tout intérêt au film.

Mais c’est dommage que l’aspect critique de cette société futuriste soi quelque peu mise de coté, que le scénario ne tient pas vraiment la route. En effet, qui peut croire un seul instant qu’une société de droit privé puisse oter la vie de quiconque ne paye pas ses dettes et prendre ainsi le pas sur un État, quel qu’il soit ? A moins d’être très manichéen et totalement blasé par les gouvernements, cela est difficilement envisageable. Sans compter que la pub pour Wolsvagen est un peu trop omniprésente et gâche un peu la vision. On sait que les films sont chers à produire m’enfin… est-ce une raison pour nous mettre le logo de leur bagnole à peine futuriste à chaque plans ?

Repo Men, avec son manque de rythme et son histoire casse gueule, n’est donc pas un bon film de Science fiction, sauf pour sa fin, qui est à la fois sombre et douce et qui constitue, pour ce type de film sans prétention, une très bonne fin. Mais le film est tellement long à se mettre en place qu’on peut douter que le spectateur arrive jusque là… et c’est, somme toute, bien dommage…

Repo Men de Miguel Sapochnik | Scénario d’Eric Garcia et Garrett Lerner d’après l’œuvre d’Eric Garcia | Photographie d’Enrique Chediak | Musique de Marco Beltrami | Avec Jude Law, Forest Whitaker, Alice Braga, Liev Schreiber, Carice Van Houten, Chandler Canterbury, Joe Pingue, Liza Lapira, Tiffany Espensen, Yvette Nicole Brown | Etats-Unis et Canada | 2010 | 111 min. | Science fiction, Action et Thriller | Distribué par Universal Pictures International France