The Crazies de Breck Eisner

Le 10 juin 2010 par Dextarian dans

Notes

Réalisation
0%


Casting
0%


Scénario
0%


Photo
0%


Musique
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par Dextarian
La critique

Sortie le 9 juin 2010

Breck Eisner (Sahara et Flash Gordon ainsi que des épisodes de séries) devait initialement réaliser le remake de L’Étrange créature du lac noir avant de finalement se tourner vers celui de George A. Romero, The Crazies (ou La Nuit des fous vivants en français). Ce dernier est d’ailleurs crédité en tant producteur de ce remake alors que selon lui, d’après son interview dans Mad Movies, il n’a jamais été consulté… Ou la preuve qu’on cherche à tout prix à se faire adouber par ses maitres. Scénarisé par des spécialistes de remakes comme massacre à la tronçonneuse ou encore Pulse… ce long métrage est en plus une adaptation faite par des gens qui n’ont pas vu l’original, enfin pas après leur premier brouillon, parait-il. Sans qu’on doute de leur dire, ils auraient pourtant du le faire. Ca aurait évité un soupe inutile….


The Crazies reprend donc le canevas de la petite ville envahie par l’armée après la contamination de la population par une arme biologique contenant un virus qui frappe de folie ceux qu’elle touche… Alors que les habitants voient leurs proches se changer en assassins, David Dutton (Timothy Olyphant), le shérif local tente de protéger les quelques personnes encore non infectées en attendant les renforts. Mais lorsque l’armée intervient enfin, c’est pour mettre la ville en quarantaine quitte à exécuter toute personne tentant de fuir. Abandonnés à leur sort, lui et un petit groupe de survivants, dont sa copine, Judy (Radha Mitchell) va tenter de s’en sortir…

http://www.youtube.com/v/dvB_9LiIIno&hl=fr_FR&fs=1&
The Crazies – Trailer – 2010

Pour les scénaristes, le point de vue développé dans The Crazies est du couple et non pas de l’armée. Ce qui est un peu concon puisque dans l’original, les deux visions sont exposées à part égales et c’est justement cela qui en faisait le gros intérêt du film. Mais comme ils pensent aussi que Romero fait un brulot contre la guerre du Vietnam, ce qui n’est JAMAIS évoqué de manière explicite dans l’original (nous somme plutôt dans une logique anti-guerre), on a bien du mal à comprendre la logique des deux scénaristes.

Ils expliquent aussi que les personnages réagissent différemment dans leur film. Ce qui est aussi complètement erroné, puisque par rapport au Romero, ce sont surtout ici, dans ce remake, des zombies sanguinaires, alors que l’illustre réalisateur nuançait plus grandement leur folie, et sans maquillage outrancier, qui plus est. Tout au plus, ici, le personnage principal est Shérif, la femme docteur, ce qui n’a rien à voir avec le premier ou l’homme était un simple pompier volontaire et l’autre une infirmière.

D’ailleurs, leurs rôles dans la ville était important alors que dans celui-là, cela n’a aucun intérêt en soi, hormis le fait qu’ils sont moins, de par leurs fonctions, sensés être moins con que la moyenne et donc survivre… Sans compter que le pote du héros, qui était presque son égal dans le premier, est son subalterne ici… ça serait presque risible tellement la classe sociale avait l’air important pour nos deux scénaristes.

Pour les deux personnages principaux, on retrouve Radha Mitchell que l’on avait vu dans Silent Hill et Timothy Olyphant, connu pour son rôle dans Hitman, A Perfect Getaway, Girl Next Door et bien sûr Die Hard 4 où il joue le méchant vilain pas beau. Un casting typé film de genre pour un film de genre, ce qui tombe donc très bien.

On aura droit dans The Crazies à l’explosion nucléaire finale, à peine évoquée dans le remake ou le crash de l’Avion, à peine évoqué également, qui sera ici filmé comme si c’était la chose la plus importante. Tout ce qui n’était pas essentiel est ici bien bien mis en lumière. Les plans sont longs, durent des plombes et sont donc là pour bien montrer l’horreur de la chose, comme si on ne s’en rendait pas compte. C’est certes un autre parti pris mais qui ressemble trop à aux productions classiques

La panique qui entoure la ville dans l’original est à peine évoquée par les camps et présentés plus comme des camps de concentrations pour suggérer toute l’horreur des gens. C’est plus un slasher classique qu’un film antimilitariste comme l’original et on se contente donc de suivre un homme et une femme, qui survivront à toutes les épreuves, ce qui n’était pas le cas non plus dans l’original. On ne cherche pas non plus à éviter les clichés pour nous pondre une atmosphère digne de ce nom.

The Crazies est donc potable si vous n’avez pas vu l’original, ce qui est fort probable vu l’âge de celui de Romero. Le film de Breck Eisner ne se démarque pas vraiment du reste de la production estampillée horreur qui sort au cinéma parce qu’il ne produit rien d’original alors qu’il y avait pourtant des trucs à dire. C’est bien dommage mais il parait que le public en redemande, donc…

The Crazies de Breck Eisner | Scénario de Ray Wright et Scott Kosar d’après de l’œuvre de George A. Romero | Photographie de Maxime Alexandre | Musique de Mark Isham | Avec Timothy Olyphant, Radha Mitchell, Danielle Panabaker, Joe Anderson, Preston Bailey, Lisa K. Wyatt, Justin Welborn, Brett Rickaby, Christie Lynn Smith, Larry Cedar | États-Unis | 2010 | 101 min. | Épouvante-horreur | Distribué par SND | Crédit photographique : SND


A propos de l'auteur

Dextarian
Photo du profil de Dextarian

Le rédacteur ciné le plus prolifique (et je ne tiens pas à perdre ce titre!)

5 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    Merci pour cet avis.

    Je pense que je verrais ce film en vidéo car c’est vraiment le genre que j’affectionne.
    Même s’il n’est pas parfait, il me donne vraiment envie de le voir.


  2. avatar
     
    Laymore

    Rien ne vaudra un zombie sur grand écran :)


  3. avatar
     
    Djool

    c’était sympa mais sans plus. j’ai mis 6 sur sens critique.


  4. avatar
     

    […] comme de genre (les fantastiques ou les horreurs) et dont le remake du film de Romero, The Crazies, est un parfait exemple : on cherche à tout prix de la profondeur, de l’humanité dans les […]


  5. avatar
     

    […] dans ce film et notamment sa nuit des fous vivants mauvaisement remaké l’année dernière par The Crazies et qui avait justement bénéficié d’une « plu-value sur la production » ). Et finalement, le […]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture