L’Alchimiste de Paulo Coelho

Le 19 janvier 2010 par Corto dans Fiction
Genre: ,
 
Auteur:
 
Éditions:
 
Collection:
 
Pays:
 
Date De Publication:
 
Nombre de pages: 190 pages
 
Titre original: O Alquimista
 
ISBN: 978-2290004449
 
par Corto
La critique
Difficile d’aborder un tel sujet et surtout un tel auteur, mondialement connu, reconnu et critiqué. On pourrait considérer « l’Alchimiste » comment un roman racontant un voyage initiatique, même si concernant l’auteur, un tel ouvrage serait plutôt « Le Pèlerin de Compostelle« . Pourtant c’est bien une initiation dans le plus pur respect de la Tradition que va vivre Santiago, le héros de l’histoire.


La première particularité de cette histoire est sa simplicité, et c’est également ce qu’il lui a été reproché. A ses détracteurs, Coelho répondit « Je pense que les écrivains écrivent, les critiques critiquent et les lecteurs lisent. En ce qui concerne la simplicité de mes livres, je donne entièrement raison à mes critiques. Être simple, c’est ce qu’il y a de plus difficile« .

Et c’est effectivement simple, voir minimaliste : seuls deux protagonistes portent réellement un nom, deux ou trois lieux sont cités, et d’une façon vague, et surtout aucun repère de temps. Ce style d’écriture présente plusieurs avantages, comme une intemporalité totale, une localisation facile a transposer et bien sur une identification aisée.
Pourquoi une telle simplicité ? Les opinions divergent mais a mon sens, elle permet de s’affranchir du superficiel et de se préoccuper de l’essentiel.  L’Alchimiste traite de thèmes chers à Paulo Coelho, mais avant d’aller plus loin je crois qu’un petit aperçu du personnage et de sa vie est nécessaire.

A partir de là je cite la version anglaise de wikipedia (bien mieux renseignée que la page française), car le dialogue rapporté entre lui et sa mère est fort intéressant :
Né à Rio de Janeiro en 1947, Paulo Coelho fréquenta une école jésuite. A l’adolescence,il déclara vouloir devenir écrivain. Disant cela à sa mère, celle ci lui répondit: « Mon chéri, ton père est ingénieur. C’est un homme logique, raisonnable possédant une vision très claire du monde. Sais-tu vraiment ce que signifie etre écrivain ? ». Après réflexion, Coelho conclut qu’un écrivain « ne se coiffe jamais et porte toujours des lunettes, et a comme devoir de ne jamais être compris par sa propre génération ». A 17 ans, introverti et opposé a toute forme de traditionnalisme, ses parents le font interner dans un asile psychiatrique d’où il s’échappera a trois reprises, avant de le quitter à l’age de 20 ans. Coelho dira plus tard à ce sujet « Ils [mes parents] ne voulaient pas me blesser, mais ils ne savaient juste pas quoi faire. Ils n’ont pas fait ça pour me détruire, mais pour me sauver »

Il tirera de cette expérience un roman « Veronika doit mourir »1. Il travaillera ensuite dans le journalisme musical et chez Polygram, jusqu’au jour où sentant un profond mal-être, il décide de tout plaquer et de partir en voyage avec sa femme. C’est à Amsterdam qu’il rencontrera un homme qui va changer sa vie et lui donner les clefs de l’introspection et de l’accomplissement personnel.
De là en découlent ses thèmes chéris, comme la Légende Personnelle, l’Âme du Monde, et d’autres comme l’écoute du Coeur. Ce qui interesse particulièrement Coelho est l’être humain, dans ce qu’il a de bon et de mauvais, et sa relation avec Dieu.
Oui, avec l’Alchimiste et une bonne partie de l’œuvre de Coelho, on est loin du matérialisme, mais on entre de plein pied dans la spiritualité, sans pour autant sombrer dans l’ésotérisme ou l’occultisme, d’ailleurs lui même ne cache pour ainsi dire presque rien de sa vie, dit sans complexe entrer souvent en contact avec son professeur par le voyage astral ( et aussi par telephone et email quand meme ). Et cette façon péremptoire de parler de choses aussi sujettes a caution pousse le lecteur a, non pas le croire sur parole, mais a l’accepter comme un fait, ce qui peut être assez perturbant et rédhibitoire pour un esprit cartésien.

Mais revenons au livre. Andalousie. Santiago, un jeune berger, vit une vie paisible, douce et sans histoires. Il vit avec ses moutons, traversant à pieds le pays, rêvant d’une jeune femme. Sa vie va basculer à cause d’un rêve, de la prédiction d’une gitane et d’un roi, Melchisédec. Il va tout abandonner pour aller chercher un trésor enfoui sous le sable des pyramides d’Egypte.

L’Alchimiste est un conte philosophique, ouvrant la voie aux capacités spirituelles de tout un chacun, là où tout est possible du moment qu’on le veut assez fort.
Taxé de philosophie pour midinette2, Paulo Coelho ne dévoile pourtant rien, c’est juste un rappel de choses que nous avons oublié, noyés sous le consumérisme et le matérialisme. Si certaines de ces idées peuvent sembler bateau, beaucoup poussent également à se questionner.

Il y a une chose essentielle, qui ne transparait pas de prime abord lors de la lecture (et qui pourtant est bien présente). Cette chose tient en une seule maxime : « il faut toujours raison garder« . Il est en effet trop aisé de sombrer dans la « signomania » ou de se résigner au destin, karma et autres. Coelho lui même, s’il a la tête dans le monde astral, a bien les pieds sur terre.
  1. Qui a fait l’objet d’une adaptation au cinéma par Emily Young. []
  2. Comme certains taxerait Dan Brown d’ésotérisme Auchan….mais non je l’ai pas dis !!! []

A propos de l'auteur

Corto
Photo du profil de Corto


2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     
    Dextarian

    Ah de la lecture.. enfin autre chose que du ciné. parce qu’il y en a marre du ciné !
    :D



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture