The Tournament de Scott Mann

Le 10 janvier 2010 par Dextarian dans

Notes

Réalisation
0%


Casting
0%


Scénario
0%


Photo
0%


Musique
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par Dextarian
La critique

Les films d’action qui tâchent, purs et dur ont de moins en moins la côte ces temps-ci. il faut dire qu’il est loin le temps où on pouvait faire un film avec une histoire qui tient sur un ticket de métro. The Tournament de l’anglais Scott Mann fait partie de ces films où l’action est privilégiée au détriment d’une véritable histoire. Ce qui n’empêche pourtant pas cette dernière de se developpée, entre deux explosions et tueries sanglante. Inédit au cinéma et qui le restera, je suppose, vu les embouteillages provoquées par les sorties de films à gros budget, ce Tournoi est assez fun à regarder, malgré tout, en dépit d’une volonté manifeste d’en mettre plein la vue et son gros côté immoral (l’argent, le pouvoir, la violence, la vie humaine, ect, ect.. bref tous les ingrédients pour plaire), qui renoue avec le genre issu des années 80.


Tous les sept ans, dans une ville prise au hasard, se déroule le « Tournoi », une « Bataille royale » au cours de laquelle les 30 meilleurs assassins, les plus mortels au monde, se retrouvent pour s’affronter, attirés par la récompense de 10 millions de dollars et la promesse de devenir le tueur numéro 1. Filmés en permanence par des caméras (de surveillance), ils déchainent ainsi les passions de riches parieurs tandis que certains concurrents découvrent au contact de leurs adversaires la vraie valeur de la vie.

La nouvelle édition est organisée, avec le vainqueur de l’édition passée dans le rôle titre. Mais il n’a qu’une idée en tête: se venger de la mort de sa femme, sauvagement assassinée. Il sait que son assassin est parmi les participants. De la même manière d’autres individus, tel un prêtre, vont se retrouver impliquer malgré eux, dans ce tournoi, pour corser le tout..

http://www.youtube.com/v/_SVz810t4Ug&hl=fr_FR&fs=1&
The Tournament – Trailer – 2009

The Tournament sent bon la nostalgie, pour ne pas dire la naphtaline. Des mecs qui se tirent dessus et s’entretuent pour du pognon et pour être le meilleur, c’est quelque chose qui était bien réservée aux film avec Jean-Claude Van Damme (d’ailleurs, c’est un peu l’histoire du seul film qu’il a réalisé, qui s’appelait Le Grand Tournoi, si je me souviens bien). Mais aujourd’hui, on ne se bat plus à coup de poing ou pied, mais à coup de flingue. C’est quand même mieux quand ça explose de partout. Sinon, on s’ennuie.

Ainsi, pour camper des rôles, il faut quand même de fortes personnalités, comem Ving Rhames (qui cumule tous les petits films et nanars bien sentis depuis quelques années) ou encore Robert Carlyle, qui a toujours oscillé entre ce genre de production et des films bien plus dramatique et sérieux, s’amusant ici à camper un prêtre alcoolique, pris au piège malgré lui dans ce tournoi. On peut également citer parce que les cascades sont toujours impressionnant, Sebastien Foucan, un des fondateurs du « Parkour », qui fait ici des prouesses, à la Yamakasi style (on l’avait déjà vu dans Casino Royale, ceci dit).

On sent bien que le réalisateur avait envie de développer quelques thèmes : le prix de la vie, la religion, l’envie de vivre, le prix de cette dernière, la voyeurisme, l’ultra médiatisation, l’ennui (ça c’est pour les gens qui veulent voir du mort) ou encore la vengeance (enfin ça, c’est un peu le thème de 90% des films d’action). Aussi, entre deux gros « fightages » mortels, on a droit à une petite séquence sur ces thèmes.

Mais tout ceci reste, bien sûr survolé, puisqu’il faut quand même préciser que le thème des morts en direct est quelque chose de bien à la mode, il n’y a qu’avoir le dernier Paintball, qui joue également là dessus (on parle même pas d’autres films, tel le Diary of The Dead de Romero qui critique la société ultra voyeuriste). Bref, vous l’aurez compris, ce film est fait pour la castagne, le sentimentalisme bien masculin (enfin, c’est juste pour montrer que même les tueurs ont un coeur… la grosse blague ultime quoi, qui fait pencher un peu ce film du côté du gros nanar de l’espace plutôt que de l’honnête film d’action sans prétention) et ça aurait été tout ce qu’on lui demande sans ces réflexions dignes d’un pré-ado qui découvre la vie et la mort..

The Tournament de Scott Mann | Scénario de Gary Young, Jonathan Frank et Nick Rowntree | Photographie de Emil Topuzov | Musique de Laura Karpman | Avec Ving Rhames, Liam Cunningham, Robert Carlyle, Kelly Hu, Ian Somerhalder, Sebastien Foucan, Craig Conway, John Lynch | Grande- Bretagne | 2009 | 95 min. | Action |


A propos de l'auteur

Dextarian
Photo du profil de Dextarian

Le rédacteur ciné le plus prolifique (et je ne tiens pas à perdre ce titre!)

2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    […] retrouve ici son acteur fétiche, Scott Adkins (L’arme XI dans Wolverine, mais aussi aperçu dans The Tournament, La Vengeance dans la peau, Stag Night), avec qui il tourne depuis 2006). Particularité notable, […]


  2. avatar
     

    […] ait un bras très très long. Bien entendu, c’est pas l’objet du film mais comme The Tournament, le fait de buter des mecs aussi impunément et en tentant de le justifier de manière un tantinet […]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture