La loi de Murphy de Christophe Campos

Le 7 novembre 2009 par Dextarian dans

Notes

Réalisation
0%


Casting
0%


Scénario
0%


Photo
0%


Musique
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par Dextarian
La critique

La Loi de Murphy, loi empirique, évoque  » la loi de l’emmerdement maximum  » ( » si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner « . La loi de Murphy est donc une variante de la loi de l’emmerdement maximum qui veut qu’une tartine tombe toujours du côté de la confiture… ) que les internautes connaissent bien puisqu’elles les font beaucoup marrer. Et comment donc ne pas profiter de ce buzz en sortant un film qui portant le même nom ? C’est donc avec ce postulat de départ qu’arrive le premier film de Christophe Campos (et qui avait donc à l’origine deux titres différents) pour évoquer le sort d’un ambulancier qui tente de se réinsérer après des années de prison et qui attend la fin de sa conditionnelle, jusqu’à ce que…


Après quatre ans de prison, Elias effectue sa réinsertion dans un hôpital. Il travaille comme brancardier. Dans cinq heures, sa conditionnelle arrivera à terme. Il pourra prendre un nouveau départ et tirer un trait sur le passé. Mais voilà, c’est sans compter sur La loi de Murphy et sa jolie brochette d’emmerdements maximums.

Car des diamants volés pourraient jouer les prolongations. Leur propriétaire, fraîchement délesté, est admis aux urgences. Rudy, l’ex codétenu d’Elias qui en sait long sur ces diamants, lui aussi. Les frères Ortega, des caïds frappadingues, veulent lui faire la peau. L’hôpital devient leur QG. Les flics débarquent à leur tour et flairent du louche. Panique générale. Rien ne va plus pour Elias.

Les galères lui collent aux basques : l’inspecteur Verlun rêve de lui passer les menottes. Son chef, le Dr Moreau, vit mal ses prises d’initiatives et le pousserait bien vers la porte de sortie. Enfin, cerise sur La loi de Murphy : les diamants sont toujours introuvables. Quant à Elias, il essaie de sauver tout ce qui peut l’être contre vents et marées: sa peau, son ami, son boulot…

http://www.youtube.com/v/yYE4nP8I8Ro&hl=fr_FR&fs=1
La loi de Murphy – trailer – 2009

Doté d’un scénario en partie écrit par Mabrouk el Mechri, le réalisateur de JCVD (et dont l’un des acteurs joue également dans celui-ci, Karim Belkhadra), La Loi de Murphy mélange plusieurs styles visuels : les films français des années 70 de Georges Lautner, les clins d’oeil aux séries télévisées américaines (Urgences, Lost, les disparus, Scrubs Prison Break ou Grey’s Anatomy) et les films de Guy Ritchie (enfin, surtout les premiers).

Cela se voit donc particulièrement puisque les plans sont filmés caméra à l’épaule pour donner cette impression de mouvement assez particulier et que les cadres choisis rappellent effectivement les films cités plus hauts. La photographie a été aussi ernomement bossée puisqu’elle est esthétiquement très soignée et donne un réel aspect au film (en dépit de sa froideur). Sans comtper les personnages, haut en couleur pour un film où tout part en vrille.

Enfin, du moins est-il supposer le faire. Mais ce n’est pas vraiment le cas. En effet, le film manque cruellement de rythme et il ne suffit pas de faire bouger sa caméra dans tous les sens pour donner cette impression de mouvement qui aurait pourtant tout à fait convenu à l’histoire et créer un réel impact. L’acteur principal, Pio Marmai, pince sans rire, donne une touche un peu trop dramatique à son personnage1, les acteurs secondaires, très clichés, n’arrivent pas assez à tirer la couverture à eux pour donner ce coté « richien » à l’histoire comme Crime, Arnaque et Botanique ou Snatch2. C’est d’autant plus dommage que le film démarre sous les chapeaux de roue. Mais peut-être que l’usage de la voix off pour raconter toute l’histoire est de trop, tout comme le fait qu’au final, le décor d’un hôpital ne se prête pas assez à ce genre de film.

On sent également que le concept de La loi de Murphy a été rajouté après puisque les situations en elle-même ne sont pas assez percutante et révélatrice de cette loi empirique. Et malgré toute la volonté de la voix off pour nous faire partager les similitudes, on n’arrive pas toujours à comprendre pourquoi ce serait l’illustration de cette loi dans le film.

Du reste, en guise de guest star, on peut voir le cultissime Antonio Fargas (Huggy « Les Bons Tuyaux » dans la série Starsky et Hutch), que la production a réussi à convaincre. Tout comme Omar Sy (qui commence à se batir une carrière au cinéma), Guy Lecluyse, Fred Testot ou encore Dominique Pinon et Jonathan Lambert. Ces acteurs, souvent abonnés aux seconds rôles grâce à leur physique particulier, sont ici de la partie sans toujours donner le meilleur d’eux-mêmes.

Le problème de La loi de Murphy est donc son titre, ses nombreuses références pas toujours digérées et ses situations qui manque de rythme. Au-delà de ça, il sort quand même du lot au niveau français puisqu’il a au moins le mérite d’être esthétique et bénéficier d’un soin particulier dans le choix des rôles.

La loi de Murphy de Christophe Campos | Scénario de Christophe Campos et Mabrouk el Mechri | Photographie de Bruno Romiguiere | Avec Pio Marmai, Karim Belkhadra, Omar Sy, Fanny Valette, Guy Lecluyse, Bruno Ricci, Jean-Michel Noirey, Dominique Pinon, Jonathan Lambert, Fred Testot, Serge Larivière | France | 2009 | 194 min. | Comédie et Policier | Distribué par Gaumont Distribution | Crédit photographique : Gaumont

  1. Et on sent d’ailleurs qu’il est plus à l’aise ou le serait dans des films dramatiques. []
  2. Puisqu’elles font partie des références du film. []

A propos de l'auteur

Dextarian
Photo du profil de Dextarian

Le rédacteur ciné le plus prolifique (et je ne tiens pas à perdre ce titre!)

aucun commentaire sur cet article pour le moment.




Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture