District 9 de Neill Blomkamp

Le 17 septembre 2009 par Guilhem dans Science-fiction

Notes

Réalisation
75%


Casting
65%


Scénario
76%


Photo
70%


Musique
70%


Intérêt
70%


Total Score
71%

71/ 100

Genre:
 
Réalisation:
 
Avec: , , , , , , , , ,
 
 
Scénario: ,
 
Photographie:
 
Musique:
 
Pays: , , ,
 
Distributeur:
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
Durée: 113 minutes
 
Crédit photographique: Metropolitan FilmExport
 
par Guilhem
La critique

District 9 de Neill Blomkamp arrive donc enfin en France, après avoir déjà eu le privilège d’être disponibles dans toutes les bonnes salles de ciné aux États-Unis. A l’origine un court métrage, ce premier film de Blomkamp, jeune réalisateur de 30 ans, a bénéficié du privilège d’être produit par Peter Jackson, ce qui a permis un budget relativement confortable pour développer son histoire…


Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre. Ces visiteurs d’au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire.

Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d’énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l’ADN extraterrestre. La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s’occuper de leur transfert.

L’un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu’une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien.Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher : le District 9

Voilà, avec cette histoire résumée, vous savez tout du film puisque ça ne va pas plus loin. Mais District 9 présente plusieurs particularités intrigantes qui en constitue le fond dans la première partie du film. Déjà l’action se déroule en Afrique du Sud, à Johannesbourg, comme son Court métrage, Alive in Joburg :

http://www.youtube.com/v/YZ1vHRs_EOs&hl=fr&fs=1&
Alive in Joburg – 2005

Vous l’aurez vu et compris, beaucoup de choses présentes dans Alive in Joburg ont été reprises dans le long métrage, pour en faire quelque chose de plus consistant et percutant. Enfin presque. Parce qu’autant le dire, le scénario (non pas l’histoire, le scénario) est une bonne resucée de pas mal de trucs déjà pondu par le passé sur le principe de l’arroseur arrosé, dont là, de suite le seul exemple qui me vient en tête est Judge Dredd. Vous savez, le flic donc le gimmick est « la loi c’est moi! » et qui se retrouve de l’autre côté de la barrière à un moment du film. Et bien, c’est la même chose ici et on se retrouve donc à suivre un mec qui s’en foutait comme de l’an 40 de ces Aliens, sorte de mollusques géants et qui se retrouve comme eux, traqué, épié et terrorisé. La bonne idée a été en fait de ne pas en faire un super héros, comme les productions américaines d’action des années 80 et 90 mais un bonhomme normal qui a peur. Sauf que ce n’est pas très original.

Quant au fond du film. Le fond est intriguant. Les Aliens sont perdus, rejetés parce que différents, mis en ban de la société. Cela renvoi bien sûr à l’histoire de l’Afrique du Sud et son Apartheid, la ségrégation raciale qui sévissait dans ce pays. Là, Blomkamp se sert des aliens comme catalyseurs de cette ségrégation. Et autant dire que le début de District 9 fonctionne sur ce principe. On suit en effet une équipe de journalistes à travers les rues, les immeubles de Johannesbourg, les bidonvilles qui font partie intégrante du décor et à travers les témoignages des différents habitants, on ressent le rejet de ces créatures. Le début est donc filmé façon documentaire, caméra à l’épaule et en vue subjective, principe maintenant à la mode depuis quelques années, entre les films d’horreurs (Blair witch, [REC] et son remake de merdeEn Quarantaine, Diary of The Dead) les films de SF (le toujours très surestimé Cloverfield) ou encore les films de guerre en Irak (Redacted pour ceux qui ne suivent pas, au fond).

On commence donc à être habitué à ce type d’images et Blomkamp le sait. D’où une chose encore plus efficace : l’intégration de ces aliens à presque chaque plan au début. Car on les voit ces espèces de poulpes géants munis de longues gambettes. Et ils sont super bien réalisés. Ils essayent de survivre, mangent ce qu’ils peuvent, se taire dans leurs maisons fait de bric et de broc et n’ont plus d’utilité pour ces humains avides de comprendre le fonctionnement de leurs armes. Ce qui pour un budget de 30 millions de dollars, constitue un petit exploit. Mais vu son court métrage, c’est surtout une belle continuité.

Le seul problème, c’est que progressivement, ce qui faisait le charme de District 9 s’épuise petit à petit pour retomber sur un banal film d’action, certes bien réalisé et très joli au niveau des effets spéciaux, comme je l’ai déjà dit, mais qui n’est pas non plus sensationnel. Le fond du film (ségrégation, mise à l’écart pure et simple, sentiment de puissance envers ces primo arrivants, arrogance, impossibilité pour ces aliens de repartir chez eux après des années à errer sur la terre) n’est plus qu’une toile de fond propice à un gros déploiement d’effets spéciaux vers la fin (la séquence de l’armure est quand même bien époustouflante).


A propos de l'auteur

Guilhem
Photo du profil de Guilhem

Créateur du site. Et accessoirement d'autres casquettes et rôles (beaucoup). Envoyez un mail à guilhem@cadependdesjours.com pour toute demande, question, suggestion ou demande plus formelle (courrier des lecteurs accepté aussi).

18 commentaires sur cet article



  1. avatar
     
    lila*

    Bon mais le jour où tu parles d’un film qui selon toi est révolutionnaire et que tu ne mentionnes pas de « c’est pas très original » et de « c’est du déjà vu », ben là, j’applaudis.


  2. avatar
     
    guiyomus

    t’inquiètes pour la révolution, ya Avatar qui arrive! ^^

    sinon 30 milliards c’est pas en anciens francs plutot qu’en dollars, parce que ca fait un peu cher! XD (je déconne je sais que c’est 30 millions)


  3. avatar
     
    guiyomus

    sinon tu peux retrouver mon avis en vrac de chez vrac sur le mur de du FB de Sanji! XD


  4. avatar
     
    Dextarian

    C’est corrigé.

    Allez lire un avis sur un mur FB.. faudrait que je me connecte pour ça tiens… Mais j’ai la flemme.

    Et pour la révolution, je prend que si il était une fois.


  5. avatar
     
    Dimrost

    Ouais, alors Avatar, j’demande à voir avant de crier victoire…


  6. avatar
     
    Dextarian

    Et franchement, t’es pas le seul..
    Malgré toute la sympathie que j’ai pour Cameron..
    La 3D, c’est encore trop de la bricole..

    On verra bien si ça fait une vraie révolution ou pas.


  7. avatar
     
    guiyomus

    Bah perso j’ai fais l’avatar day (la projo gratuite de 15 minutes en 3d) 2 fois de suite, et la 3D c’est pas dla bricole, c’est pas la 3d de meurtre à la st valentin quoi, j’ai juste pris une claquasse énorme, c’est sublime que ce soit, l’utilisation de la 3d, la perfomance capture laaaargement plus poussée que dans beowulf, et pareil pour les cgi quoi c’est juste bluffant, le trailer a coté fait cinematique de ps2!
    Et ca va durer 3h!!!! J’en peux plus quoi! XD


  8. avatar
     
    Dextarian

    Bon et sinon, t’en penses quoi de District 9? :D


  9. avatar
     
    guiyomus

    bah en gros:

    c’est un 1er film très prometteur, que visuellement c’est bluffant pour 30 millions de dollars, que la dernière demi heure envoie le paté et fait très jeu video (les armes aliens, le mécha, les gunfights, enfin tout ce qui se passe à la fin quoi), que Christophe le papa alien à réussi à m’émouvoir, mais après j’ai quand même un gros problème avec le parti pris de mise scène, et l’utilisation du concept « reportage tv-documentaire » que je trouve super mal utilisé dans le film et limite inutile surtout au début du film quoi, genre quand le wikus fait vivister le district, filmé à travers une caméra de la tv et alterné avec une mise en scène classique filmant ce que font les 2 aliens dans leur cabane, je trouve ca plutot maladroit le mélange des 2, il aurait fait un mise en scène « classique » du début à la fin, ca m’aurait pas dérangé du tout au contraire, parce que la j’ai vraiment trouvé que tout le coté documentaire, reportage, n’apportait rien au film si ce n’est d’insister sur le « regardez on veut que ca ai l’air encore plus réaliste alors on fait des faux reportages, interviews,… », le film à mon gout n’avait vraiment pas besoin de ca, l’univers est assez crédible, et puis bon passez de « caméra tv shakycamée » à « mise en scène classique shakycamée » c’est un peu dommage, une mise en scène plus posée en opposition aux reportages tv aurait apporté un contraste plus important, parce que des fois j’avais du mal à savoir si c’était filmé à travers une caméra de tv ou une caméra de cinéma, j’avais du mal à distinguer les 2, tant les 2 façons de filmer se ressemblent ici.
    S’ajoute à cela un légère baisse de rythme au milieu du film.

    Ah et aussi je suis conscient que ca doit venir du budget mais normalement ya environ 1 million d’aliens dans le district 9, dans le film on en voit quoi? 20? 30? ^^

    Mais bon ca reste ultra ambitieux, ya des scènes bien énormes, c’est très prometteur et on peut deja dire que Jackson a plus de flaire que Raimi en tant que producteur. Donc j’ai bien hate de voir ce que Blomkamp va faire avec un budget de 80-100 millions :D

    4/6


  10. avatar
     
    Dextarian

    la baisse de rythme, c’est surement pas à dû au passage entre les deux types de mise en scène. Sans compter qu’on retombe trop sur un truc classique (spéciale dédi à lila ^^).

    T’as pas tord sur le nombre d’aliens qu’on voit. Mais en même temps, j’ai trouvé que c’était plus sympa d’en voir peu, même si on peut pas s’empêcher de se faire la réflexion.

    Et tu mets des notes aux films toi? Tin, je devrais faire pareil.. Enfin, j’y penserais.


  11. avatar
     
    guiyomus

    ouai la note c’est pour donner une idée quoi, parce que la on pourrait penser que je clash bien le film alors que j’ai plutot apprécié.


  12. avatar
     
    Dextarian

    Non, mais j’ai bien compris. C’est un peu le problème avec ma critique aussi. J’ai bien aimé le film, mais y a pas mal de points à revoir, je pense. Mais comme il est fouttrement bien sympathique, ça compense largement les défauts de « jeunesse » et les partis pris un peu aléatoire de certains passages.

    Et il aurait vraiment gagné en profondeur s’il était resté sur son postulat de départ (l’analogie avec ce qui s’est passé pendant des années en AFS). Mais bon, c’est loin d’être un mauvais film. Surtout que ces temps-ci, niveau sorties, ça sent bon la rentrée et les films en bois.. :D


  13. avatar
     

    J’ai beaucoup aimé, dans le top 10 2009.


  14. avatar
     

    [...] à descendre en flèche le Monsters de Gareth Edwards, voyant en ce film une pale copie d’un District 9, même s’il est beaucoup moins racoleur que ce dernier (et moins adoubé aussi puisqu’il [...]


  15. avatar
     

    [...] s’il vous plait) The Chaser Vengeance Midnight Meat Train Démineurs Morse The Wrestler District 9 Jusqu’en enfer Tetro 20th Century Boys Commis d’office Moon Mission-G Ultimate Game [...]


  16. avatar
     

    [...] Exit Mister T et consorts, les acteurs de cette adaptation sur grand écran, succès actuels de leurs dernier films, sont supposé rameuté le plus de monde possible en reprenant des personnages furieusement charismatiques à l’origine. Pour celui qui ne connait pas la série, tout va bien. Rien ne le dépaysera puisque les Cooper et compagnie ont le vent en poupe et sont les acteurs bankables du moment. Cette team aurait de la gueule si, en même temps que de nouveaux acteurs, on aurait changé un peu les lignes de dial, dont notamment le «j’adore qu’un plan se déroule sans accroc ». Car il faut bien le dire, ce n’est pas en teignant les cheveux en blanc de Liam Neeson qu’il ressemblera à George Peppard et son sourire en coin. Sans parler de Futé, alias Templeton Peck (enfin, c’est le contraire), le mec le plus cool du monde dans la série, joué par Dirk Benedict et interprété donc par Bradley Cooper. Et que dire de Quinton Rampage Jackson, le nouveau Barracuda, et Sharlto Copley qui a gagné sa place grâce à son rôle dans District 9… [...]


  17. avatar
     

    [...] véritable un sujet sensible, dont s’empare beaucoup de cinéastes, même dans la SF, puisque District 9 n’est finalement qu’un écho du statut de [...]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture