Les Fils de l’Homme d’Alfonso Cuarón, le blu-ray

Le 2 juin 2009 par Cédric Le Men dans Drame

Notes

Réalisation
90%


Scénario
90%


Casting
90%


Image
90%


Musique
95%


Technique
90%


Suppléments
85%


Interêt
95%


Total Score
91%

91/ 100

Genre: , ,
 
 
Réalisation:
 
Avec: , , , , ,
 
 
Scénario: , , , , ,
 
Photographie:
 
Musique:
 
Pays: ,
 
Editeur:
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
 
Durée: 110 minutes
 
Langues: Français DTS 5.1, Allemand DTS 5.1, Espagnol DTS 5.1, Italien DTS 5.1, Anglais DTS HD Master Audio 5.1
 
Sous-titres: Espagnol, Allemand, Français, Italien, Chinois, Coréen, Grec, Néerlandais, Portugais
 
Bonus: Scènes coupées « Matérialiser le bébé » « Décors futuristes » « Theo et Julian » « Attaqués » « La possibilité d’un espoir » Commentaire de Slavoj Zizek Bonus U-Control : « Picture in Picture », accès aux interviews des acteurs et de l’équipe de tournage ainsi qu’aux images des coulisses en cours de visionnage
 
Titre original: Children of Men
 
Crédit photographique: Universal Pictures International France
 

Les Plus:

Un scénario absolument génial, des acteurs inspirés, une musique savamment choisie... Parfait !
 

Les Moins:

Rien à redire.
par Cédric Le Men
La critique

Le « brain drain », ou « fuite des cerveaux », est un phénomène bien connu du monde scientifique. Dès lors que les théories d’un scientifique ou d’un chercheur rencontrent un certain succès, il devient quasiment inévitable que celui-ci se tourne, naturellement, vers un pays lui offrant un certain confort financier. Le même phénomène s’observe désormais régulièrement dans le domaine des arts, et en particulier du cinéma. Le réalisateur et acteur mexicain Alfonso Cuarón n’y coupe pas, et après un film remarquable – et remarqué1 –, c’est tout naturellement qu’Hollywood tentera de l’attirer dans son giron, et de fort belle manière, puisqu’elle lui confiera la réalisation du troisième volet des aventures du jeune sorcier crée par J. K. Rowling : Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban).

Non content de s’approprier, l’espace d’un épisode, une des franchises les plus juteuses d’Hollywood, Cuarón va pousser le plaisir jusqu’à renouveler tout l’aspect visuel du film, lui conférant ainsi, en plus d’une profondeur narrative que le pataud Chris Columbus n’avait pas su atteindre, une atmosphère particulièrement dense. La preuve en est que trois épisodes plus tard, Poudlard et tout l’univers Harry Potter en ont conservé la pâte visuelle et aujourd’hui encore, nombreux sont les fans qui considèrent cet épisode comme le meilleur jamais réalisé.

Réception critique et publique quasi-unanimes : voici que Cuarón rempile donc, en 2006, avec Children of Men (Les Fils de l’Homme), aujourd’hui disponible en blu-ray après une édition DVD de très belle facture. Film dystopique et chargé de symboles, il nous narre les mésaventures de Théo, un homme aux idéaux brisés dans un monde vidé de tout espoir. Et pour cause : l’humanité, devenue stérile pour de mystérieuses raisons, est condamnée à s’éteindre petit à petit. Alors que l’« être humain le plus jeune de la planète » vient d’être assassiné, Théo est, bon gré mal gré, chargé d’une mission à l’importance capitale, dont lui-même est loin de saisir tous les tenants et les aboutissants.

On ne reviendra pas sur la musique, magnifique mélange de compositions originales et de choix musicaux inspirés. Ou sur la mise en scène absolument géniale du film, une mise en scène viscérale, à hauteur d’homme, constamment dans l’action, qui brille par une maîtrise du plan-séquence rarement rencontrée chez un réalisateur depuis Brian De Palma. Certaines séquences sont ainsi de nature à couper le souffle, littéralement, tant la tension dramatique du film en ressort sublimée par ces images non-stop, ces plans à la fluidité parfaite. On ne reviendra pas non plus sur l’interprétation, absolument magistrale, de l’ensemble du casting.

Children of Men n’est ni plus ni moins que l’un des plus grands films d’anticipation de la courte histoire du cinéma. En plus d’une trame scénaristique solide, Alfonso Cuarón enrichit son récit en le faisant fourmiller d’informations, de symboles, de références. Il s’amuse ainsi à inclure une référence à La Pieta de Michel-Ange, au détour d’une scène où une mère porte son enfant mort en pleurant, ou à l’origine de l’humanité, via le personnage de Kee. Les symboles religieux sont eux-aussi légion, que ce soit le nom du protagoniste principal2, le sujet même du film, en passant par les nombreuses références à la nativité, ou même le titre, qui renvoie directement aux Psaumes3. Plus encore, le film traite d’espoir, mis à rude épreuve par l’incapacité des humains à concevoir, et donc à se créer un avenir, et de foi. Une foi, placée en tout et n’importe quoi, renforcée par cet espoir. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, malgré la noirceur des images, la tristesse du propos, Cuarón propose un film résolument optimiste, beau, mélancolique et souvent drôle, notamment grâce au personnage de Jasper, interprété par un Michael Caine inspiré.

Du côté de l’image, le film bénéficie d’un magnifique master haute définition, comme c’est maintenant habituel chez Universal. On redécouvre donc la magnifique lumière et les plans en clair-obscur d’Emmanuel Lubezki, qui démontre là encore toute l’étendue de son talent de chef-opérateur. Le piqué est excellent, l’image conserve le grain de la pellicule sans en accentuer les défauts, les contrastes étant notamment incroyablement bien dosés. La scène de l’attaque en forêt est, par exemple, une pièce de choix. Le son n’est pas en reste, avec une version originale au DTS agréable, mais qui n’atteint pas l’éloquence et la précision du DTS MA disponible sur la version originale, qui fait la part belle aux dialogues et à la musique du film. Les effets surround restent discrets, mais participent activement à l’immersion du spectateur dans cette Angleterre dévastée.

Les bonus sont nombreux et très intéressants. Universal oblige, le blu-ray propose la fonction U-control et le marquage des scènes préférées. Le blu-ray offre, à côté de cette fonction, pratique mais relativement inutile, plusieurs documentaires portant sur les rapports entre la réalité et la thématique du film, sur le casting et les deux personnages principaux, sur les décors et le style « anti-futuriste » du film, ainsi que sur les effets visuels utilisés pour la création du bébé. On retrouvera aussi un commentaire audio par le philosophe Slavo Zizek. Quelques featurettes et scènes coupées viennent compléter ces bonus, d’une durée totale avoisinant une heure. Malheureusement, ils ne sont disponibles qu’en définition standard et sont identiques à ceux présents sur le DVD collector. Ce qui n’en réduit en rien la qualité, mais on aurait apprécié un peu de nouveauté.

Children of Men est donc un film incontournable que les amateurs de blu-ray peuvent se procurer sans une once d’hésitation : le film se savoure véritablement en haute-définition. Quant à Alfonso Cuarón, autant dire qu’il a encore de beaux jours devant lui…

Vivement le prochain !

  1. Y tu mamá también en 2001, nominé à l’Oscar du meilleur scénario original et vainqueur du prix du meilleur scénario du Festival de Venise. []
  2. Théo est un prénom dérivé du prénom grec Théodôros (theos signifiant Dieu). []
  3. Psaumes 90:3 : « Tu fais rentrer les hommes dans la poussière, Et tu dis : Fils de l’homme, retournez ! ». []

A propos de l'auteur

Cédric Le Men
Profile photo of Cédric Le Men

Issu d’une famille de musiciens, Cédric fonde en 1995 le groupe Zahori, avec lequel il se produit pendant près de 10 ans, avant de se spécialiser dans la réalisation cinématographique à l’ESRA. Il y réalise les courts-métrages "Kaeron" et "Lacrimosa", dont il compose aussi en partie les musiques originales. Plus récemment, Cédric réalise le court métrage "Dieu reconnaîtra les Siens".

3 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    [...] Mullan (Petits meurtres entre amis, Trainspotting, My Name is Joe, The Magdalene sisters ou encore Les Fils de l’homme pour ne citer que quelques films de cet illustre acteur) tout en apathie, cet acteur a un avenir [...]


  2. avatar
     

    [...] Il est assez crédible dans celui-là, surfant sur la même vague que celui interprété dans Les Fils de l’homme. De son coté Naomi Watts est impeccable, mais il est rare qu’elle ne le soit pas, hormis [...]


  3. avatar
     

    [...] Duplicity, avec Julia Roberts et Clive Owen (dont on ne se passe plus dans le septième art depuis Les Fils de l’Homme), récemment vu dans L’Enquête – The [...]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture