Second volet des aventures d’Astérix et Obélix, Astérix et Obélix : mission Cléopâtre est à marquer d’une pierre blanche, ne serai-ce que pour être l’un des plus gros succès au box office français pour un film français. En effet, la comédie d’Alain Chabat, dotée d’un très gros budget, a réuni ce qui se fait de mieux en terme de comiques et de beautés fatales pour rendre une copie digne des aventures du célèbre gaulois, un peu moins pale qu’avec l’épisode précédent de Claude Zidi (mais on dira que c’est une autre époque, filmé comme une autre époque, même s’il y avait également un casting de star françaises). Avec ce nouveau épisode, Astérix (toujours interprété par Clavier) part avec son ami Obélix (Gérard Depardieu) à la conquête de l’Egypte, pour le plus grand bonheur de ses fans…

Cléopâtre (Monica Bellucci), la reine d’Égypte, décide, pour défier l’Empereur romain Jules César (Alain Chabat), de construire en trois mois un palais somptueux en plein désert. Si elle y parvient, celui-ci devra concéder publiquement que le peuple égyptien est le plus grand de tous les peuples. Pour ce faire, Cléopâtre fait appel à Numérobis (Jamel Debbouze), un architecte d’avant-garde plein d’énergie. S’il réussit, elle le couvrira d’or. S’il échoue, elle le jettera aux crocodiles.

Celui-ci, conscient du défi à relever, cherche de l’aide auprès de son vieil ami Panoramix (Claude Rich). Le druide fait le voyage en Égypte avec Astérix (Christian Clavier) et Obélix (Gérard Depardieu). De son côté, Amonbofis (Gérard Darmon), l’architecte officiel de Cléopâtre, jaloux que la reine ait choisi Numérobis pour construire le palais, va tout mettre en œuvre pour faire échouer son concurrent.

Il y a fort à parier que cet Astérix et Obélix : mission Cléopâtre peut-être considéré comme le film le plus aboutit d’Alain Chabat. En effet, il a su déjà s’entourer de pas mal d’acteurs soit en devenir, soit très confirmé (Monica Belluci, Edouard Baer, Djamel, Gérard Depardieu, Christian Clavier, Gerard Darmon et plus encore) mais qu’il a aussi su s’investir pour faire de cet Astérix autre chose qu’un copié/collé de la Bande dessinée. Il a su, enfin voire même surtout, l’adapter à l’époque actuelle, tout en gardant ce qui faisait le sel de l’univers imaginé par René Goscinny et Albert Uderzo, en le truffant de citations actuelles que n’aurait pas renier les deux créateurs de la série puisque cela a été la marque de fabrique (les anachronismes bien sûr) des aventures du célèbres gaulois vendu dans le monde entier et aimé de tous.

Bon bien sur, il faut accrocher à l’humour tout droit sorti de la bande de Canal + (surtout Jamel Debbouze et Edouard Baer), ce qui pour ceux qui ne connaissent pas cet humour et peut être cette chaîne  va assez mal passer. D’un autre coté, c’est avec plaisir que l’on assiste à une sacrée déconne tout au long d’Astérix et Obélix : mission Cléopâtre, malgré des temps morts pas toujours bien à propos.

Mais qu’importe puisque cet Astérix et Obélix : mission Cléopâtre atteint son objectif : faire rire avec des choses simples et de l’humour bien travaillé. D’autant qu’avec la présence de Monica Belluci en reine (et aussi d’Alain Chabat, qui assure le rôle de César avec brio en ajoutant des caisses sur le coté mégalomane du personnage), on a assurément une jolie actrice pour un rôle tout à son honneur. Sans être une star de pacotille, elle assume toujours aussi bien ses choix.

Astérix et Obélix : mission Cléopâtre a donc mérité amplement son succès, autant que son prédécesseur et c’est bien dommage que la réalisation du troisième n’ai pas été confiée au même. Le spectateur y aurait peut-être gagné au change. Mais  ceci est une autre histoire.