Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier

Le 29 janvier 2007 par Dextarian dans

Notes

Réalisation
0%


Casting
0%


Scénario
0%


Photo
0%


Musique
0%


Intérêt
0%


Total Score
0%

0/ 100

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par Dextarian
La critique

Sortie le 24 janvier 2007

Avec Pars vite et reviens tard, une adaptation du roman policier de Fred Vargas, Régis Wargnier sort totalement de son registre de films « exotiques » comme le célèbre Indochine ou Man to man. Explorant ici ce qui a fait le sel du cinéma français pendant des années, il ne parvient pas tout à fait à convaincre le spectateur avec une mise en scène un brin trop rigide et trop sobre pour ce film qui, par un début haletant, promettait beaucoup. Une incursion en demie teinte.


Le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg (José Garcia) n’aime pas le Printemps. Il se méfie des montées de sève, des désirs d’évasion, du déferlement des pulsions, tous ces signaux qui sonnent le retour des beaux jours…
Et il a raison Adamsberg… Sa fiancée, Camille (Linh-Dan Pham), prend du recul, et son absence coupe les ailes du commissaire, au moment où il en aurait le plus besoin : Quelque chose vient de tomber sur la capitale, une énigme porteuse de malédiction, qui pourrait bien virer au malheur, si on ne la résout pas fissa… D’étranges signaux se répandent sur les portes des immeubles de Paris, et des mots inquiétants, mystérieux, sont lâchés à la criée sur les marchés…

Et puis arrive ce qu’Adamsberg redoutait : Un premier mort, le corps noirci, le visage figé dans une grimace de terreur, les signes de la peste… Et c’était ça qu’annonçait l’énigme, le retour du terrible fléau, mais avec une sacrée variante, il semble que quelqu’un contrôle la maladie et la porte où il veut.


Pars vite et reviens tard – bande annonce – 2007

Pars vite et reviens tard permet à l’acteur José Garcia de rencontrer, pour un temps assez bref dans le film, Michel Serrault, qui devaitn incarner à l’origine le commissaire. Ce personnage de flic est d’ailleurs assez bien dépeint puisqu’on connaît autant ses motivations que ses craintes, et on suit autant son histoire personnelle que son enquête.

Après un début très mystique et proche du Da Vinci code, nous mettant d’ailleurs dans une ambiance très moyenâgeuse fin des temps, Pars vite et reviens tard sombre totalement dans sa seconde partie, lorsque les dès sont jetés et que l’enquête est presque terminée. Si les rues de Paris sont mises en valeur, sûrement pour une exploitation future à l’internationale, on ne peut pas dire que cela sert trop l’histoire. La galerie des personnages, si consistant au début, se retrouve pourtant sans intérêt par la suite.

On sent qu’il a été difficile d’adapter fidèlement le roman de Vargas, d’autant plus difficile que ce dernier est surtout affaire de mots plutôt que de sens et que, dans une certaine mesure, les effets de manches d’une mise en scène assez pataude, comme d’ailleurs dans Man to Man, ne suffisent pas à rendre la consistance d’une histoire pourtant riche de mythes et de légende, avec ce retour d’une peste vaincue pourtant il y a des années.

Pars vite et reviens tard est donc surtout un film calibré pour la télévision plutôt qu’une œuvre qui fera date dans le septième art. C’est assez dommage, surtout que la bande-annonce promettait une véritable enquête épique. Mais comme souvent avec le genre policier français actuel, après une très bonne introduction, l’intensité retombe souvent en nous livrant les clés d’un mystère d’une banalité affligeante. Et c’est cela qui nous fera toujours hésiter entre un polar français et un polar américain.

Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier | Scénario de Julien Rappeneau, Régis Wargnier, Ariane Fert, Ariane Marrin, Lawrence Shore et Harriet Marin | Photographie de Laurent Dailland | Musique de Patrick Doyle | Avec José Garcia, Lucas Belvaux, Marie Gillain, Olivier Gourmet, Nicolas Cazalé, Linh-Dan Pham, Michel Serrault, Titouan Laporte, Marc Robert, Mathias Mlekuz |France | 2006 | 115 min. | Thriller et Policier | Distribué par Gaumont Columbia Tristar Films | Crédit photographique : Gaumont Columbia Tristar Films


A propos de l'auteur

Dextarian
Photo du profil de Dextarian

Le rédacteur ciné le plus prolifique (et je ne tiens pas à perdre ce titre!)

2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    […] qui se fait un peu plus discret ces dernières années au cinéma (son dernier film remonte à Pars vite et reviens tard) et il a choisi de nous présenter une histoire d’amour mais aussi de mettre en lumière des […]


  2. avatar
     

    […] : Pars vite et reviens tard (2007) …. Hervé Decambrais/Hervé Ducouëdic L’avare (2007) (TV) …. Harpagon […]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • Tha Blue Herb Stilling, Still Dreaming pochette
  • phox
  • Sans titre
  • Trognes court metrage
  • Les Cartes du Pouvoir
  • Luther Vandross Never Too Much cover
  • Pride film still
  • ballae entre les tombes liam neeson
  • aqme nouvel album 2014 Couverture
  • lucy Scarlett Johansson Luc Besson Photo Dehors Couverture