Bad Times de David Ayer

Le 24 janvier 2007 par Guilhem dans Drame

Notes

Réalisation
65%


Casting
75%


Scénario
70%


Photo
75%


Musique
65%


Intérêt
71%


Total Score
70%

70/ 100

Genre: , ,
 
Réalisation:
 
Avec: , , , , , , , , , , ,
 
 
Scénario:
 
Photographie:
 
Musique:
 
Pays:
 
Distributeur:
 
Date De Sortie:
 
Année De Production:
 
Durée: 115 minutes
 
Titre original: Harsh Times
 
Crédit photographique: SND
 
par Guilhem
La critique

Bad Times est un film qui laisse le spectateur perplexe. La classification du film est déjà assez mauvaise : ce n’est ni un thriller, ni un polar. Un drame psychologique, peut être. il aurait pu faire partie de la sélection aux Oscar, mais ça ne sera pas le cas… Tant pis pour lui.

L’histoire  de Bad Times est à la suivante : Jim Davis (Christian Bale) est un vétéran de la guerre (sans que l’on ne sache de laquelle) qui a été traumatisé par l’horreur des combats. Il attend pourtant d’être appelé au sein de la police de Los Angeles, où un poste lui avait été promis. Pour lui, c’est la solution pour s’en sortir car s’il avait un boulot, il retrouverait un peu de son équilibre et sa vie pourrait de nouveau avoir un sens. Du moins en est-il intimement convaincu.

Jim n’a qu’un seul réconfort au milieu de cette galère, en la personne de Mike (Freddy Rodriguez)  son meilleur copain,  également sans emploi. Essuyant un nouveau refus du L. A. P. D., Jim accepte finalement de travailler pour les services de la sécurité du Territoire. Ses virées avec Jim dans les bas quartiers deviennent de plus en plus violentes et dramatiques. La descente aux enfers commence…

Bad Times est le premier long métrage de David Ayer en tant que réalisateur (scénariste de Training Day entre autres). Ça lorgne du coté de Chute Libre, Taxi Driver, Boyz in the hood, Menace II society, un brin de Fresh mais çà lorgne également du coté des souris et des hommes…

Le gros problème dans ce film résidé sur la perplexité que l’on éprouve en voyant des personnages, sales, bêtes, affreux et méchants faire les 400 coups dans un Los Angeles que l’on a pas encore bien l’habitude de voir. Le langage est vulgaire, grossier et machiste. Les rôles féminins sont au second plan et ont pour fonction essentielle de remettre les deux amis dans le droit chemin, dans la recherche d’un emploi pour l’un, dans la recherche d’un semblant de bonheur pour l’autre.

Le film est également axé sur deux endroits en particulier, la voiture, vue de l’intérieur et le Mexique où le protagoniste principal retrouve sa copine, qui sait qu’il ne tourne pas vraiment très rond. C’est d’ailleurs aussi pour ça qu’elle l’aime, plus qu’il ne faudrait.

Les scènes en voitures sont marquantes, tout simplement parce que c’est dans cet espace clos que se déroulent les principales scènes de l’histoire. La folie, les obsessions, la méchanceté, les meurtres y ont leur place. C’est là que se situe le point névralgique du film, et qui a vu Training Day saura immanquablement faire le parallèle entre les deux.

Ce qui marque, c’est les plans en voiture. Tout se joue dans ces plans la, du début à la fin du film. Les scènes les plus spectaculaires se retrouvent cette endroit clos, comme dans le film souvent cité plus haut. La descente aux enfer est d’ailleurs présente dans ce lieu, qui achèvera d’ailleurs le périple du héros. Un film à voir, mais avec un peu de recul.


A propos de l'auteur

Guilhem
avatar

Créateur du site. Et accessoirement d'autres casquettes et rôles (beaucoup). Envoyez un mail à guilhem@cadependdesjours.com pour toute demande, question, suggestion ou demande plus formelle (courrier des lecteurs accepté aussi).

2 commentaires sur cet article



  1. avatar
     

    [...] de King Of New York, des dialogues au couteau de Boy’z in the Hood ou Menace II society, de Bad Times ou même de Training Day. Ici, c’est juste très vulgaire, les filles sont toujours à poils [...]


  2. avatar
     

    [...] le Heat de Mann et le Magnolia d’Anderson pour son aspect choral. On peut également pensé à Bad Times pour sa vision de la banlieue. Le réalisateur nous présente sa famille, ses personnages, avec un [...]



Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. L'inscription est gratuite.

La selection des actu
  • robert-pattinson-in-the-rover
  • copyright Warner Bros. Records /DR
  • Battle-of-the-Bands-Ayers-Rock-Boat-Punk-Savage-Riposte logo
  • Extrait du film
  • Noé
  • copyright © Reprise records /DR
  • orgueb3
  • Le-dernier-diamant
  • 1386172803_EMMANUELA.
  • Captain America, le soldat de l'hiver Photo Chris Evans © The Walt Disney Pictures